Social

ADI : l’intersyndicale a rencontré le Premier ministre

La mobilisation des agents de l’Agence départementale d’insertion (ADI) n’a pas été vaine. L’intersyndicale a souhaité exposer ses craintes sur le devenir de son institution au Premier ministre. Les membres ont pu le faire grâce à l’intervention du député, René-Paul Victoria.


ADI : l’intersyndicale a rencontré le Premier ministre
L’intersyndicale de l’ADI a finement joué hier. Le personnel a commencé la journée par une manifestation partie du jardin de l’Etat. Les manifestants se sont d’abord rendus au Conseil général.

Mais c’est sans banderoles ni pancartes, et en ordre très dispersé, que le cortège a rejoint la préfecture. C’était la condition sine qua non pour obtenir un rendez-vous avec François Fillon.

La délégation de l’ADI composée de Jean-Pierre Lallemand et Patricia Doxiville (SAFPTR), Mickaël Boyer et Joseph Maillot (CFTC), et Didier Garsani et Alain Mani (CFDT), a d’abord été reçue par le directeur de cabinet de François Fillon. Les représentants syndicaux ont dit les craintes du personnel face à l’incertitude sur l’avenir de l’ADI.

“Nous avons également affirmé notre souhait d’être acteurs dans l’évolution de notre structure”, a relaté Patricia Doxiville. C’est ce même message que la déléguée syndicale a répété au Premier ministre. “François Fillon nous a assuré qu’il fera le maximum pour répondre à nos demandes”.

Marie-Luce Penchard, secrétaire d’Etat à l’Outremer, est allée dans le même sens en ce qui concerne le RSA (Revenu de solidarité active). “Nous avons insisté sur l’intégration de l’ensemble du personnel lors de l’application du RSA et de la mise à disposition d’une partie des agents, en cas de création d’un établissement public d’insertion”.

Le projet de création de cette structure, est porté par l’actuel directeur de l’ADI, Marc Paoli. Didier Robert, député-maire du Tampon, et René-Paul Victoria, député, ont rappelé aux syndicalistes, leur engagement à suivre tous ces dossiers.
Vendredi 10 Juillet 2009 - 14:08
Jismy Ramoudou
Lu 1502 fois




1.Posté par Michel Gangaye le 10/07/2009 14:55
L'ADI c'est une pompe à fric qui n'a jamais rendu service à personne. Au contraire cette institution conditionne les gens sous la dépendance des revenus sociaux. Se sont des réunionnais qui magouillent dans cet organisme. C'est eux mêmes qui ont véhiculé l'image négative des rmistes. La définition qu'ils ont donné, un rmiste c'est quelqu'un d'illettré, buveur de rhum, fumeur de zamal. Bravo pour la créolisation, si pour avoir des créoles qui sortent des anneries comme ça, il vaut mieux avoir des zoreils dans ce cas.

2.Posté par nezica kenny le 10/07/2009 18:52
Ll'ADI créée par le Gouvernement de M. MITERRAND en 1988, a permis à beaucoup de personnes de ne pas basculer en desous du seuil de la pauvreté. Chaque famille française est concernée par cette mesure et merci les contribuables, j'en suis un ! Un rmiste ne coûte rien si on devait comparer à des salaires et le train de vie de certains politiques (my god, mes imôts !)
Un créole illéttré, un math sup antillais, un HCE, un chômeur, un buveur de pastis, un drogué zoreil ...c'est un être humain français !
Merci aux personnes qui travaillent et qui contribuent à une paix sociale, qui revalorisent nos compatriotes dans cette société "pourrie" ! Bravo à ces personnes qui ont de la considération pour leur prochain et qui ne connaissent aucune gangrène financière. C'est normal, qu'ils luttent pour continuer à oeuvrer dans cette vie où il n'y a que le fric qui compte ! Les vraies valeurs, ils en connaissent contrairement à d'autres d'entre nous !


3.Posté par globicéphal le 13/07/2009 10:40
Monsieur Michel avant d'écrire des âneries pareilles je pense que le minimum de respect s'impose pour tous les honnêtes agents qui y travaille depuis la création de cette institution c'est à dire comme l'a écrit Nezica en 1988 sous la coupe de TONTON. Depuis cette date, plusieurs familles ont pu bénéficier d'un accompagnement socio-professionnel répondant à leur attentes. Le rôle primordial de cette structure a été d'accompagner des familles qui étaient vraiment dans le besoin et de satisfaire leurs demandes a défaut de réponse favorable de la part des autres structures existantes.
Plusieurs réunionnais ont pu ainsi créer leurs entreprises grâce a des aides financières qui les ont permis de constituer un apport personnel pour soutenir leur projet de création face au circuit bancaires.
Ces aides ont permis à plusieurs bénéficiaires d'être des acteurs économiques incontournables que ce soit dans votre secteur ou autres ( luminaires, BTP, agriculteurs,artisanat et J'EN PASSE).
Cette collectivité a permis a plusieurs d'entre eux, bénéficier des aides à la formation qui les ont permis aujourd'hui de quitter ce dispositif.
Alors Michel, en veux tu encore de la vrai LUMIERE ?

4.Posté par Michel Gangaye le 16/07/2009 19:53
A Globicéphal, je ne retire rien ce que j'ai écrit sur l'ADI. Cette structure conditionne les gens dans la l'assistance et rien d'autre. Il y a pas de fumée sans feu, j'ai écrit en connaissance de cause. Les services sociaux ont trop souvent tendance à noircir le tableau à propos des rmistes. Maintenant que vous êtres dans un sac avec la nouvelle politique, vous tentez à justifier votre organisme.

5.Posté par Globicéphal le 17/07/2009 20:44
"j'ai écrit en connaissance de cause".
Bien le bravo Michel de me répondre et d'affirmer ce que tu penses sur cette collectivité qu'est l'ADI. Encore bravo pour avoir que celle ci était la mienne. Je suis le seul jusqu'à ce jour pour t'éclairer mais bon il en faut UN. Dis toi bien qu'aucune personne travaillant dans cette structure ou dans d'autres structures ressemblantes à celle ci n'est capable de conditionner des personnes physiques dans l'assistance et rien d'autre en prenant pour une deuxième fois ton écrit . Laisse ce que tu pense pour les élus qui récolte les voix en entretenant les pauvretés dans les besoins. ( NEWS MAJORITY ).
" Maintenant que vous êtres dans un sac avec la nouvelle politique, vous tentez à justifier votre organisme. "
Cher Michel, justifier avec plusieurs exemples qui surement pourrait de dérouter n'est pas un problème à mon niveau, mais sache que les employés de cette structure sont pour plus de 80 % titulaires donc fonctionnaires au sein de cette collectivité ce qui dérange beaucoup les politiques à ce jour.
Au fait par ton passé, as tu fais appel à l'ADI, si oui je pourrais mieux te comprendre.
Si ce n'est pas le cas laisse toi aller.
globi, à bientot.

6.Posté par Michel Gangaye le 19/07/2009 20:51
Cher Monsieur, j'aimerais vous dire que les services sociaux infantilisent la population au chômage au lieu de trouver des solutions. Vous trouvez normal que les gens puisque rester 10 ou 20 ans au RMI sans que rien se passe ? Rien a été fait en terme de positif pour valoriser les gens, tout dans le négatif.

7.Posté par globicéphal le 07/08/2009 21:30
Cher Monsieur,
à la RUN les services sociaux sont dirigés par les politiques qui entretiennent la population dans une sphère qui se matérialise par un p'tit contrat aidés de six mois après sa ou sa pointe l'assedic.
Pour preuve, il y a deux ou trois ans la politique d'une mairie du sud sciait un contrat qui devait se faire sur deux ans voir trois ans pour les plus de cinquante ans, pour en faire des contrats de six mois afin de tenir tous les plus démunis dans le but d'obtenir un maximum de voix aux élections.
Cet exemple pourrait vous répondre pourquoi les gens restent pour la plupart au RMI sans que rien ne se passe?
Qui doit montrer l'exemple ? L'agent de cette collectivité ou ceux qui QUI SIEGE dans les conseils ?

8.Posté par globidephal le 09/08/2009 21:27
pas de réponse de la part d'un ZELU ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales