Société

A la découverte du métier de restaurateur de tableaux au musée Léon Dierx


A la découverte du métier de restaurateur de tableaux au musée Léon Dierx
Une dizaine de tableaux du Musée Léon Dierx, à Saint-Denis, sont actuellement restaurés par un professeur et trois élèves de l'Institut National du Patrimoine (INP). C'est la deuxième année que ce partenariat a lieu. Hier, des étudiants des Beaux-Arts sont venus voir leur travail et ont pu se renseigner sur le métier de restaurateur.

Le conservateur du musée, Bernard Leveneur, souligne qu'un tel partenariat "permet au musée d'enrichir le parcours d'exposition permanente en sortant des tableaux qui ne sont plus exposés depuis longtemps". Il entend également "valoriser les peintures créoles" dans la collection du musée.

Une femme nue découverte sur un tableau de Léon Dierx

Ainsi, Marine, étudiante à l'IPN en troisième année, est en train de restaurer un tableau de Leon Dierx. "Il y avait une grosse tâche verte sur le tableau. En l'enlevant, on a découvert une petite nymphe, allongée sur l'herbe", explique-t-elle aux quelques étudiants des Beaux Arts venus se renseigner sur sa filière. Le visage de la femme nue est par contre éraflé.

"Mais on ne connaît rien de son visage
", ajoute l'étudiante. C'est donc  à elle de lui créer un visage à la manière de Léon Dierx, sans dénaturer l'oeuvre, en se basant sur d'autres tableaux de l'artiste, où les nymphes reviennent souvent. Cette découverte constitue une "belle surprise" pour le conservateur du musée, qui avait toujours pensé que ce tableau représentait un simple paysage. "Cela change l'interprétation de l'oeuvre", indique Bernard Leveneur.  

Le métier de restaurateur est méconnu. Environ 2000 à 2500 personnes l'exercent en indépendant, pour la plupart, dans toute la France. "On est payé au tableau. Cela nécessite d'être combatif !", souligne Patricia Vergez, professeur à l'IPN. Seulement trois formations en France permettent de se former à ce métier qui demande l'acquisition de nombreuses techniques, tant en peinture, qu'en dessin ou encore en histoire de l'art. L'IPN en fait partie et propose un Master aux étudiants avec notamment un stage de six mois à l'étranger en quatrième année.

Les restaurateurs, un peu comme des enquêteurs

Les trois étudiantes présentes, en mission à la Réunion jusqu'au 27 avril "peuvent être en situation. Elles doivent apprendre à gérer leur temps", explique Patricia Vergez, professeur à l'IPN.

Les restaurateurs sont "un peu comme des enquêteurs, ajoute-t-elle. Quand se présente à nous une oeuvre d'art abîmée, on doit chercher à comprendre ce qui est arrivé à cette oeuvre d'art. Après ce constat d'état, on élabore un diagnostic sur les causes de la dégradation". Une fois le diagnostic effectué, le travail de restauration du tableau commence, mais l'objectif est de rester fidèle à l'oeuvre, de ne pas la dénaturer. Chaque étape de la restauration est d'ailleurs scrupuleusement notifiée, pour que toute retouche soit détectable et identifiable.

Au total, une dizaine d'oeuvres datant du 19è siècle et des années 1930 vont être restaurées d'ici la fin avril, et réintégreront la collection du musée. A noter par ailleurs que Patricia Vergez et ses trois élèves, Marine Diascorn, Emilie Faust et Violaine Garcia, présenteront leur travail au cours d'une conférence, le 25 avril prochain, intitulée "La conservation du patrimoine : de la formation à l'intervention". Elle se déroulera à l'amphi 5 bâtiment L1 de la faculté de Lettres, à Saint-Denis.
Vendredi 19 Avril 2013 - 09:17
Lu 1096 fois




1.Posté par noe le 19/04/2013 10:13
Beau métier surtout restaurateur en cuisine !
Ici on restaure les œuvres pour les yeux ... de l'autre , on crée des œuvres pour la bouche !

2.Posté par Zarbi le 19/04/2013 16:17
Beau et noble métier que je connais par un ami proche qui travaille aux petites-écuries à Versailles ; minutie extrème et avant toute intervention une longue période de recherche documentaire .
Conseil : travailler plutôt pour le privé , les commandes d'Etat sont rémunérées avec une grande parcimonie et souvent le règlement s'effectue des mois voire des années après l'intervention : l'Etat est mauvais payeur !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales