Politique

A-M Payet relance Penchard sur la simplification des visas vers les DOM

Alors que la simplification du régime des visas vers les Dom-Tom avait été annoncée dans le panel des 130 mesures issues du Conseil interministériel de l'Outre-mer de novembre 2009, son application tarde à venir. Anne-Marie Payet, sénatrice du groupe Centriste, a effectué une piqûre de rappel au gouvernement.


A-M Payet relance Penchard sur la simplification des visas vers les DOM

La mesure de simplification d'obtention des "visas courts" avait été une des promesses de Nicolas Sarkozy en 2009, à l'issue d'une année mouvementée pour l'Outre-mer. C'est donc à l'issue des Etats généraux de l'Outre-mer qu'avait été décliné un ensemble de mesures censées favoriser les destinations ultra-marines. Anne-Marie Payet, sénatrice de la Réunion, n'a pas obtenu de date précise quant à l'application de la mesure de simplification du régime de visas. Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer, a rappelé son engagement sur la question sans toutefois annoncer de date précise.

Les mesures engagées par le gouvernement doivent ainsi permettre de moderniser le régime actuel en vertu duquel des étrangers titulaires d’un visa Schengen doivent obtenir un visa spécifique pour se rendre à la Réunion.

Lors de la séance des questions cribles thématiques sur l'"Outre-Mer et Europe", Anne-Marie Payet a interpelé le gouvernement sur l’entrée en vigueur des mesures tendant à simplifier le régime des visas court séjour pour l’Outre-mer, et plus précisément pour l’Ile de la Réunion.

Meilleure intégration dans la zone

Des mesures qui doivent permettre de moderniser le régime actuel en vertu duquel des étrangers titulaires d’un "visa Schengen" doivent obtenir un visa spécifique pour se rendre à la Réunion ou dans chacun des autres territoires d’Outre-mer, a souligné la sénatrice.

L’objectif de cette simplification est de favoriser le tourisme en réduisant les formalités pour les ressortissants de pays ne présentant pas de risque sécuritaire, rendre plus aisés les voyages d’affaires et les séjours étudiants et enfin, par une plus grande liberté de circulation entre territoires proches, mieux intégrer les territoires d'Outre-mer dans leur environnement régional et favoriser les échanges culturels.

Nicolas Sarkozy lui-même s’était indigné en 2009 de la situation et s’était engagé à prendre des mesures phares, notamment sur les délais accordés pour obtenir un visa.

Anne-Marie Payet a fait part de ses inquiétudes face à la complexité et le retard de la mise en application des mesures énoncées, et de leur entrée en vigueur. En réponse, Marie-Luce Penchard a rappelé son "engagement auprès des Dom-Tom et de l’Ile de la Réunion", mais n’a pas fixé de calendrier.
Jeudi 20 Janvier 2011 - 10:35
Ludovic Grondin
Lu 1646 fois




1.Posté par noe974 le 20/01/2011 10:56
Au secours , les envahisseurs arrivent avec leur € , préparons-nous à les accueillir à bras ouverts !

2.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 20/01/2011 11:48
"Nicolas Sarkozy lui-même s’était indigné en 2009 de la situation et s’était engagé à prendre des mesures phares, notamment sur les délais accordés pour obtenir un visa".... qu'il s'agisse du Président comme de Mme PAYET, tous deux savent bien que ce n'est pas la la PIRE CONSÉQUENCE.

La réalité est bien pire que celle décrite puisque les Enfants et Pères de couples séparés (50% hors chiffres concubinage), ont une INTERDICTION DE SORTIE DU TERRITOIRE RÉUNIONNAIS...

En clair, les Enfants et Pères de la Réunion, contrairement aux autres départements Français, n'ont toujours pas droit de circuler dans l'espace Français et Européen, de sortir du Département sans l'autorisation refusée ILLÉGALEMENT PAR LA SEULE MÈRE...sous couvert du Préfet et du Procureur

En 10 ans de procédures, je n'ai JAMAIS EU LE DROIT DE PRÉSENTER MA FILLE A MA FAMILLE, mais rassurez vous, les enfants du Président et de Mme PAYET, eux Y ONT DROIT...

Ici, NOS ENFANTS SONT DÉTENUS EN OTAGES, leurs droits et les nôtres sont systématiquement bafoués pour entretenir la monoparentalité féminine subventionnée en DEVISES qui alimente la France en Enfants des Pouponnières, dont 80% restent ensuite en métropole, contribuant a repeupler les départements et a contrevenir a la politique de natalité et de paiement des retraites... QUI MIEUX QUE SARKOZY ET PAYET LE SAVENT a part DINDAR ???

alors a coté de ça, de cette dégueulasserie subventionnée et intéressée en €, les visas touristiques font office "d'arbre qui cache la forêt de L'OUTREAU Mère"... ce qui doit rapporter du FRIC...

3.Posté par Tonton le 20/01/2011 12:28
Même si je trouve cette initiative de Mme Payet louable,
je me demande quand même, comment une personne, qui n'a jamais été élue de quoi que sois,
(elle a étée a peine colistiere, du maire de la minuscule commune de ... Cilaos)
puissent arriver au Senat par des bidonnages entre élus.

Ce n'est pas de la democracie, dans le sens propre du terme !

Et un plus, cette personne nous a laisser le souvenir de faire appliquer des lois de l'époque Vichyste dans les DOM.
Il n'y a rien mieux a faire !

La V. Republique est fini !

(PS: elle n'a plus d'adresse à la réunion)
voir:
http://www.senat.fr/senateur/payet_anne_marie01009n.html
" Casier de la Poste, 15 rue de Vaugirard, 75291 Paris Cedex 06"

4.Posté par SEVERIN le 20/01/2011 15:17
Eh zinfos974,le vaccin contre l'alcoolisme,si on trouve le remède il faut lui injecter a la Payet.Elle ne veut pas soutenir la viticulture,c'est un gros problème pour les propriétaires terriens.Le bon vieux rhum,le bon vin,on risque de plus beaucoup en consommer avec le petit pouvoir de cette mégère.In yab des Yvelines

5.Posté par Feroz le 20/01/2011 15:36
Tonton a rien compris c'est normal qu'elle ait une adresse postale à Paris.
Anne-Marie Payet fait avancer consciencieusement un certain nombre de dossiers, travail de fourmi pas toujours mis en valeur autant qu'il le mériterait. Une élue qui sert à quelque chose, pas comme certains.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales