Economie

75% des produits frais consommés sont locaux


75% des produits frais consommés sont locaux
Le marché du frais à la Réunion, à savoir les fruits et légumes ainsi que les oeufs et les viandes, se porte bien.75% de la consommation alimentaire en produits frais sont locaux d'après les relevés réguliers de la DAAF (Direction de l'agriculture, de l'alimentation et de la forêt). Les relevés sont effectués aux différents stades de commercialisation, c'est-à-dire du marché de gros aux marchés forains, et ce, jusqu'en grandes surfaces.

Ces relevés dits "mercuriales" permettent aux vendeurs ainsi qu'aux acheteurs d'avoir une base commune, pour leurs transactions. Selon la DAAF, les mercuriales permettent "une régulation positive du marché".

L'objectif de cette publication de la DAAF est aussi d'informer le public, à savoir les raisons des fortes variations des prix des produits frais. Les causes peuvent être dûes aux aléas climatiques et économiques, telles que sécheresse ou raréfaction du produit. Les accords de mars dernier qui ont permis de mettre sur les étals les "produits solidaires" telles que les tomates, les aubergines ou encore les chouchous ont eu pour effet "une baisse de prix de détail significative de l'ordre de 25% à 40%" qui "a été aussitôt répercutée dans les rayons des grandes surfaces" dès la mi-mars."Sur certains produits, les habituelles augmentations de prix du mois de mars ont été lissées par la mise en place des produits frais locaux "solidaires" avec une réduction du taux de marge dans le grande distribution".

La DAAF explique la fragilisation des cultures fruitières, par "deux années consécutives de sécheresse et les fruits d'été ont rapidement disparu des étals de nos marchés". La liste des produits "solidaires" ayant été modifiée fin mai 2012, le prix de l'annanas baisse en grande distribution et celui de la banane augmente "mécaniquement".

Ce début d'année a été marqué par une pénurie d'oeufs et l'augmentation de son prix, la moyenne du prix du plateau étant passé de 5,36 euros à 6,42 euros. Cela s'explique par l'obligation pour certains éleveurs de mettre leurs installations conformes aux nouvelles normes européennees.

Les cours de la viande en constante augmentation

Les cours de la viande sont en constante augmentation, dans un contexte globale de hausses de prix des matières premières (céréales). Mais le projet DEFI (Développement élevage filières interprofessionnelles), mis en place l'année dernière, permet "d'inverser la tendance pour quelques produits" indique la DAFF. Ainsi, le poulet jaune prêt à cuire qui était à 5,75 euros le kilo en juin 2011, son prix baisse de dix centimes en juin 2012. La saucisse qui fait partie de la liste "solidaire" passe de cinq euros en janvier 2012 à 3,60 euros au mois de juin 2012.
Lundi 24 Septembre 2012 - 12:12
.
Lu 8142 fois




1.Posté par Et pourtant... le 24/09/2012 13:56
Les produits frais locaux sont bien plus chers que les produits importés de plusieurs milliers de kilomètres !

Bien sûr, des techno-buro-idiocrates vont nous expliquer que c'est normal !

2.Posté par REQUIN le 24/09/2012 14:58
dommage que l'étude ne dit rien sur les produits utilisés pour que notre alimentation aille si bien. Surtout en ce moment où l'on parle d'OGM (les animaux sont nourris avec quoi?), et les pesticides que les agriculteurs balancent sur les légumes. Une étude sur le sujet serait pas mal...

3.Posté par noe le 24/09/2012 15:23
Préferons "local" , c'est gorgé de vitamines , de fraîcheur , de fumier , d'odeurs-péi ...

Encourageons nos frères agriculteurs pour leur savoir-faire !
Quelques cents de plus ne nous ruineront pas !

4.Posté par Jiji le 24/09/2012 16:04
Ce qu'on dit pas ce que ces pays frais sont bourrés de pesticides, d'engrais.
Vous avez vu la taille des concombres, bredes..., qui ont 2 jours pourrissent meme dans le frigo.

5.Posté par Zarbi le 24/09/2012 16:28
C'est une bonne nouvelle ! Consommez local , les bons produits de l'île , et faites vivre et perdurer une agriculture enracinée au sol . Ne pas devenir dépendant des autres est important même si leurs produits (souvent médiocres et douteux) sont moins chers .
Souvenez vous que c'est par des importations de produits à bas coût que l'agriculture familiale et vivrière africaine a été mise à genoux ; continent aujourd'hui à la dérive qui se vend au plus offrant notamment aux sociétés étrangères (Chine , Corée , US ...) de l'agro-business qui font main basse sur leurs meilleures terres agricoles .
Garder son indépendance alimentaire aujourd'hui est de la plus haute importance , évidemment cette option a un prix mais le bénéfice s'appréciera dans les temps difficiles que nous allons connaître .

6.Posté par Mwa la pa di le 24/09/2012 19:19
Ce que ne dit pas cet article est le controle sanitaire sur les pesticides :: Il n'y en a plus depuis 1983, Ou en tout cas aucune communication depuis que l'on avait annoncé des taux de pesticide affolant sur le marché de Saint Pierre...... Bon apetit

7.Posté par tonton le 24/09/2012 22:50
Je n"ai meme plus les moyens pour acheter des produits frais.....

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales