Economie

7% de baisse en moyenne sur le chariot-type

Plus de 7% de baisse du prix-moyen du chariot-type entre le premier relevé des prix et le troisième. C'est le constat qui a été annoncé par la Préfecture à l'occasion de la présentation de la troisième opération qui a été conduite à la mi-novembre.


Spaghettis Panzani (-27,94%), un kilo de tomate olivette (-17,38%), une boîte de thon au naturel (-13,34%), beurre doux (-11,39%),  cassoulet (-10,42%). Voici les cinq plus fortes baisses hors promotion.
Au total, le prix moyen du chariot-type a baissé de 7,55%.
"Les grandes surfaces sont aujourd’hui dans une véritable dynamique de baisse des prix grâce à cette opération chariot-type, mais également dans une politique plus globale de lutte en faveur de l’augmentation du pouvoir d’achat" affirme Florence Rataud, porte-parole de la Fédération du commerce et de la grande distribution.
Une première opération de relevé des prix sur un groupe de 100 produits avait été conduite à la mi-octobre, auprès de 7 points de vente représentant les différentes enseignes de l’île.
Puis une deuxième, conduite fin octobre, avec plus d’enseignes, meilleure représentativité des zones, tableau comparatif plus lisible.
Cette troisième opération s’est notamment axée sur la tentative de limiter l’effet d’accoutumance à la liste, en introduisant 11 nouveaux produits.
Par ailleurs, les évolutions moyennes des prix par produit sont désormais calculées avec promotion et hors promotion, pour permettre une juste interprétation de l’évolution tendancielle des prix par produit.
Donc 40 produits ont été relevés et 29 d’entre eux de 5 enseignes ont fait l’objet d’une présentation comparative avec les deux relevés précédents.
Le coût moyen du chariot-type à 29 produits s’établit à 94,01 euros contre 97,89 lors du relevé précédent.
Les trois plus fortes hausses hors promotion sont l’eau de javel 2 litres (10,12%), le pack de bière Bourbon (9, 23%) et les douze petits pains au lait (7,15%).
La réflexion porte désormais sur la crédibilité des relevés sur le long terme.  "Il faut éviter le phénomène d’accoutumance" rappelle le représentant du Préfet, Jean Ballandras. A chaque relevé, une commission réfléchit au mode de relevé afin de surprendre les acteurs économiques tout en maintenant un équilibre de comparabilité.
Le quatrième relevé est prévu pour le début du mois de décembre. Il n’est pas exclu que ce relevé tombe pendant le séjour d’Yves Jégo sur notre île…
Vendredi 21 Novembre 2008 - 19:08
Melanie Roddier
Lu 928 fois




1.Posté par CREOTAS le 21/11/2008 21:07

Personnellement, je ne vois pas de différence dans les prix, même minime.... Je dois pas acheter le 'chariot-type'...... Déjà je n'ai pas acheté de:

'Spaghettis Panzani (-27,94%), un kilo de tomate olivette (-17,38%), une boîte de thon au naturel (-13,34%), beurre doux (-11,39%), cassoulet (-10,42%). Voici les cinq plus fortes baisses hors promotion. '

Pas de bol (alimentaire?) ! Mais bon, en attendant la grande surface continue de recevoir sa nourriture préférée: des paiements....

Pour continuer et finir dans le mauvais esprit de râleur de mauvais français:

40 produits sur les centaines pour ne pas dire dizaines de centaines de produits (plusieurs marques et variantes pour un même produit) alimentaires et autres vendus dans une grande surface, il est facile de ne faire porter la baisse ou la stagnation de prix que sur ces 40 produits, et de ne rien faire pour les autres, voire d'augmenter leurs prix, non?

Et je ne parle pas des manœuvres possibles en coulisse pour répercuter les baisses de marge de ces 40 produits en amont (fournisseurs..). Mais ce n'est qu'une vilaine hypothèse.

Jamais contents ces CONS-ommateurs!

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 21/11/2008 22:57
Madame florence rataud a t elle, du temps de FMI, militée pour que les salaires proposés par les entreprises qui ont sous traité auprès de son officine de recrutement, leurs recrutements, pour des salaires dans le privé qui intégraient le surcoût de la vie à la Réunion... entendre des patrons ou des chefs d'entreprise parler de baisse du coût de la vie, c'est comme écouter le diable qui se dit plus enfant de choeur que le bon dieu...

moi, franchement, ça me gave d'entendre ou de voir les gens de la CGPME ou du MEDEF, après s'être gavé comme des goinfres depuis toujours, parler de social et de pouvoir dachat..

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 21/11/2008 23:01
je mets au défi les gens de la cgpme et du medef de produire les prix au kg ou au litre selon la méthode suivante :
- marque
- unité kg ou litre (et non l'unité de conditionnement)
- nature de la denrée
- appellation du produit
- coût d'achat (marge arrière y compris)
- prix moyen de vente mensuel.
- prix le plus haut par mois
- prix le plus bas par mois
- prix promotionné par mois.

le reste n'est que de la littérature bon pour endormir les représentants de la société civile au sein de l'observatoire..

4.Posté par LOR-57 le 22/11/2008 08:12
C'est facile d'annoncer une baisse des prix, lorsqu'ils ont été tirés si haut ces derniers mois. Des stats qui veulent dire et ne pas dire grand chose. Cette dernière statistique va servir au pouvoir pour ne pas augmenter les salaires. Le Jego s'en servira, à ne pas en douter. Ce serait mieux de comparer, le prix du produit, il y a un an, avec celui d'haujourd'hui.

5.Posté par cris974 le 22/11/2008 15:30
Je croyais faire des économies en achetant tout emballé alors j'ai fait un test, charcuterie et fromage dans des barquettes polystyrène et film fraîcheur : quelle ne fut pas ma surprise de constater que le poids affiché servant à déterminer le prix à payer représentait : le produit + la barquette (avec des grandeurs différentes) + le film. (pas de tare)
Je n'ai pas pu avoir de responsable mais vendre un emballage au prix du produit quand celui-ci est à 25 € le kilo j'ai calculé que je payais l'emballage 1.50€ minimum et si le prix est plus élevé l'emballage suit l'évolution......
Et comme il y a de plus en plus de produits préconditionnés (cela évite de faire la queue, manque de personnel) ne cherchez plus où les grandes surfaces récupèrent les baisses pour le CADI de JEGO
Je pense alerter le service de la répression des fraudes !

6.Posté par Pierre-Olivier le 22/11/2008 16:32
Contrairement à beaucoup d'entre-vous, je peux confirmer que certains produits ont effectivement baissé, ou du moins subi des opérations promotionnelles plus ou moins ponctuelles, mais néanmoins importantes.

J'étais hier dans un magasin aux environs de Saint Pierre 400, un de la même enseigne que celui du front de mer : Il ya vait une opération -25 % sur le boeuf pays, et une réduction de 10 % en caisse concernant tous les pains.

La semaine précédente, Dans un autre hyper de St Pierre près de la balance de canne, il y avait des grosses promos sur le poisson frais, notamment les truites (importées) à 10 € le kg et la daurade coryphène ou l'espadon à 11-12 € le kg.

Faut pas se voiler la face, ce n'est pas l'opération chariot-type qui en est la responsable, mais bel et bien la crise et la diminution de la consommation des ménages.

Il faudrait que les Réunionnais prennent enfin conscience qu'ils ont une possibilité réelle d'AGIR EUX MÊME POUR EUX-MÊME : Tout simplement en cessant d'acheter les produits trop chers !

Il est inconcevable à mes yeux que le poisson frais puisse coûter plus cher que la viande : les frais en amont sont incomparables : Pour avoir de la viande, il faut payer les étables, les frais de vétos, les impots, la nourriture, etc... et dans le cas du veau par exemple, il faut nourrir et soigner la mère pendant sa gestation et son alaitement ... Pour avoir du poisson, il faut .... un bateau ...

Je suis d'accord que concernant le bateau, le prix du fuel en grande augmentation joue un rôle, mais depuis 15 ans que je suis à la Réunion, j'ai toujours vu le poisson être cher. Le Rouge de Maurice à 200-250 F, s'il est à ce prix, c'est que les gens l'achètent à ce prix. Et ceci du simple aveu d'un de mes clients poissonnier.

Si tout le monde arrêtait d'acheter des escalopes de poulet à 15 € le kg, on verrait bien vite le prix dégringoler, et c'est la même chose pour tout ! !

j'ai vu récemment, les tomates à 0,50 € le kg. Depuis le passage à l'euro, je n'ai pas souvenir de les avoir très souvent en dessous d'1€ le kg.

7.Posté par El bourracho le 24/11/2008 09:15
Moi, ça fait longtemps que je fais mon chariot type. Directoss chez les petits agriculteurs, pour la viande, chez les grossistes, idem pour les fromages (1 kil minimum, 7 euros le kil de bleu d'auvergne), huile, vinaigre, conserves, etc. C'est le cas de dire que je fais mes courses en gros, mais j'en ai pour deux mois environ, merci monsieur congélateur.
Le système D, à force de tourner on finit par trouver.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales