Economie

54 propositions pour faire de l'artisanat péi, un secteur majeur du tourisme


54 propositions pour faire de l'artisanat péi, un secteur majeur du tourisme
Emmanuel Lemagnen, le correspondant régional de l’Institut National des Métiers d’Art (l’INMA) a rendu public ce 25 février un rapport comportant des pistes d'amélioration pour la filière artisanale réunionnaise. Plus qu'un état des lieux sans lendemain, il doit servir de feuille de route pour les décideurs politiques.

Publié à 1.000 exemplaires, le rapport débouche sur 54 propositions pour faire de l'artisanat local un secteur majeur du tourisme. Un seul chiffre résume le paradoxe de la "richesse" du savoir-faire et de "métissage" des productions locales : Les touristes dépensent en moyenne annuellement 44 millions d’euros dans ce secteur mais dont la part de production locale n’excède pas 20%. Le reste est le plus souvent réalisé et donc importé de Maurice ou de Madagascar. "On importe nos souvenirs, c'est un comble", déplore Emmanuel Lemagnen.

Parmi les propositions qu'il formule, citons quelques-unes : ouvrir des options "créativité-expression manuelle" à toutes les catégories de baccalauréat, finaliser le projet de Maison de la tresse, archiver les savoir-faire en voie de disparition, déclinaison d'un matériel de communication identifiant les produits et les points de vente, rapprocher la production réunionnaise des tendances du marché ou encore la mise en place d'une signalétique départementale et uniforme des boutiques artisanales et des ateliers ouverts au public.

Emmanuel Lemagnen, qui vient de quitter ses fonctions après 25 ans à l'antenne régionale de l'INMA, défend son travail bénévole avec toujours la même passion. Ses propositions ne sont "pas un catalogue" de "réponses brutales et mécaniques", dit-il. Au contraire, elles tentent de répondre au dilemme de l'artisanat : entre art et économie. Deux pôles d'entrée ont guidé la rédaction de son rapport : celui en amont de la formation des futurs artisans et celui en aval de la commercialisation de leurs œuvres.

Ne pas tomber dans la "folklorisation" du cadeau-souvenir

Par petites touches, la directrice de l'IRT, Ariane Loupy et Bernard Picardo, président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, abondent dans cette logique. La marchandisation souhaitable des objets faits péi ne doit pas non plus "pervertir l'authenticité de l'imaginaire" de l'artisanat local, ce que le coordinateur de l'INMA appelle la "folklorisation" du cadeau-souvenir.

54 propositions pour faire de l'artisanat péi, un secteur majeur du tourisme
La Réunion semble d'ailleurs a mille lieu d'atteindre ce stade, même si des études sur les préférences d'achats des touristes démontrent qu'il a tendance à privilégier des objets qui rappellent l'exotisme, l'absence d'un ou de produits typiquement réunionnais tombe comme une évidence. Raison pour laquelle autant l'IRT que la chambre de l'artisanat préfère maintenir un spectre volontairement large et "métissé" allant des objets travaillés sur bois précieux, de la vannerie ou encore de la broderie.

Une certitude s'impose : "les quantités achetées par les touristes ne correspondent pas au potentiel", confirme le spécialiste Emmanuel Lemagnen qui demeure résolument offensif : "nous avons 80% de part de marché à prendre", trace-t-il.

Reste aux deux partenaires institutionnels déjà cités mais surtout à la Région de se saisir de ce rapport. "On se donne un an pour voir aboutir une étude opérationnelle qui déboucherait vers la signature d'un contrat d'objectifs sur cinq ans", entrevoit Emmanuel Lemagnen. Seule garantie pour faire perdurer cette feuille de route au-delà des clivages politiques.

54 propositions pour faire de l'artisanat péi, un secteur majeur du tourisme

54 propositions pour faire de l'artisanat péi, un secteur majeur du tourisme
Mercredi 26 Février 2014 - 07:01
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1135 fois




1.Posté par S le 26/02/2014 07:35
Tant que ce sont des vieux toboz qui ont fait leur temps qui font des propositions on restera dans du kitch vieillot ! Il faut laisser un minimum la place et la parole aux jeunes artisans et artistes qui ont des idées neuves, et de la créativité à revendre ! Allez messieurs une tisane et au lit !

2.Posté par pigeon voyageur le 26/02/2014 07:42
L' ami Lemagnen li rêve ou kouè ?

Quatre vingt pour cent des produits artisanaux vendus très chers dans l'île aux touristes est du made in China ou Maurice ou Madagascar ou Thaïlande ou Inde ou... etc... etc... et les Vingt pour cent soit-disant Réunionnais est de l'importation des pays cités sur lesquels nos artisans locaux ont accroché une étiquette made in Réunion vendue à prix d'or !!!

3.Posté par Dimitri ALAIN le 26/02/2014 09:03
bonne blague, avec quel artisanat local, faut être réaliste, le coût de cette enquête ,encore du baratin pour bouffé du fric , pour attiré quel tourisme , pour distribué des subventions ,des réceptions faramineuses pour invités les copains ( encore un moyen de prendre les gens pour des cons ) les touristes voyagent en europe est moins chère qt[

4.Posté par créole attentive le 26/02/2014 09:31
3.Posté par Dimitri ALAIN

Vous avez tout à fait raison !!!

Ce sont toujours les mêmes spécialistes,bouffeurs de subventions et de voyages aux frais de la collectivité, qui depuis des années, se réunissent en caressant les élu-e-s dans le sens du poil pour mieux les endormir au nom de l'intérêt de La Réunion, afin de perçevoir les miettes du festin !!!!

5.Posté par Vatenguerre le 26/02/2014 10:11
Ces propositions n'ont pas pour but de faire de l'artisanat d'art un secteur majeur du toursime mais de faire du tourisme le marche majeur de l'artisanat d'art... bref comme d'hab, les politiciens et leur sbires nous presentent un catalogue de depenses publics a la Prevert pour soutenir et developper l'artisanat sous pretexte d'un impacte positif sur le tourisme alors que tous les rapports et tous les professionnels du milieu sont d'accord pour conclure que les premiers freins au tourismes sont: le prix des billets d'avion, la faible qualite et quantite des structures d'acceil, la difficultés d'obtention des visas...
SI VOUS VOULLEZ VRAIMENT AIDER L'ARTISANAT D'ART, FAITES VENIR D'ABORD LEURS CLIENTS AU LIEU DE NOUS FAIRE AVALER DES COULEUVES ...

6.Posté par GRAVE ZOT CAS.. le 26/02/2014 10:31
cela fait longtemps que l'artisanat est en faillite.!! ces zouaves en col blanc n'ont pas foutu grand chose..pour revaloriser et preserver ce patrimoine en perdition.???

7.Posté par une vigie le 26/02/2014 11:12
Ce n'est pas par hazard qu'on retrouve toujours dans le sillage de nos élu-e-s mégalomanes créoles (corbeaux), les mêmes affairistes (renards) adeptes de cette fable de Jean de la Fontaine :

LE CORBEAU ET LE RENARD

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus

8.Posté par PEI FOUTU!!!!!!. le 26/02/2014 14:04
zot i bouge encore.,,!!

9.Posté par ZembroKaf le 26/02/2014 14:42
ils se présentent sur quelle planète !!!

10.Posté par Chauvière le 27/02/2014 20:12
Cela fait déjà quelques années que je fais la promotion de l'artisanat local dans ma boutique au marché de Saint-Paul et sur mon site internet, venez y faire un tour...

11.Posté par Dimitri ALAIN le 28/02/2014 06:40
et vive l'art ou le lard faite le tour des magasins ou des marchés on trouve les produits venus de madagascar vive l'art pays ( la paresse le rsa et lacoste )

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales