Social

50 ans du CNARM: "On en sort forcément grandi"

L’institution qui a pour vocation la mobilité et l’insertion des Réunionnais aimerait atteindre les 5000 départs par an d’ici une dizaine d’années.


50 ans du CNARM: "On en sort forcément grandi"
Le CNARM célèbre ses 50 ans. Un demi-siècle d’existence mis à l’honneur autour d’un colloque organisé ce jeudi, au sein de l’hémicycle du Conseil départemental. Une centaine d’acteurs économiques et institutionnels étaient présents.

Pour Ibrahim Dindar, le président de l’institution, cet outil de mobilité et d’insertion qu’est le CNARM « est plus que jamais indispensable à la Réunion, étant donné le contexte de crise ». Si chaque année près de 1800 personnes « sautent la mer » avec ce dispositif, le CNARM ambitionne d’aller bien plus loin : « On aimerait atteindre les 5000 départs d’ici une dizaine d’années », précise en effet le président. Mais il concède que l’objectif est particulièrement ambitieux : « Il y a des difficultés sur la motivation des jeunes à quitter l’île. De plus, on constate un manque d’intérêt pour les métiers manuels ».

Pour assurer sa vocation d’insertion, le CNARM fonctionne en partenariat avec des entreprises, comme la société Monoprix, représentée ce jeudi par Jérôme Levillain. « Ce partenariat nous permet de recruter chaque année 20 à 25 personnes pour des contrats d’alternance, explique-t-il. A l’issu de cela, certains se voient proposer un emploi ».

Jérôme Morby, lui, fait partie de ceux qui ont franchi le cap. « Le CNARM est un outil rassurant. Quand on part, on est accompagné, quand on arrive, on est reçu », explique celui qui occupe désormais un poste de responsable des opérations et gère une équipe de 400 personnes au sein d’une entreprise de sûreté, à Marseille.  « Je suis parti en pensant rester seulement trois ans. Finalement, ça fait 15 ans que j’y suis ». Convaincu, il invite les jeunes à sauter le pas. « On en sort forcément grandi ».

Jérôme Morby, parti avec le CNARM en 2001,qualifie le dispositif de "rassurant"
Jérôme Morby, parti avec le CNARM en 2001,qualifie le dispositif de "rassurant"

Jérôme Levillain (Monoprix) recrute des jeunes en alternance par le biais du partenariat avec le CNARM
Jérôme Levillain (Monoprix) recrute des jeunes en alternance par le biais du partenariat avec le CNARM
Jeudi 19 Novembre 2015 - 20:19
marine.abat@zinfos974.com
Lu 1270 fois




1.Posté par piston? le 19/11/2015 19:38 (depuis mobile)
Comment il a atterri president?? Il a couché....?

2.Posté par KLD le 19/11/2015 20:01
j'ai eu peur , je croyais qu'on fétait les 400 ans de feu le BUMIDOM , y prétend qui donne , comme disait nos humoristes d'antan .......... bon ben , na pwin la place pou travail au péi ...dure réalité !

3.Posté par Simandèf le 19/11/2015 20:52
Le Bu.Mi.Dom, l'ANT, le CNARM... ont envoyé des milliers de réunionnais hors de chez eux. Certains ont fini SDF, terroristes, prostitués, drogués... en France parce qu'ils n'ont pas été intégré mais aussi parce qu'ils ont été exclus du système. Ce genre d'organisme à des failles ils faudrait qu'un jour on le reconnaisse.

4.Posté par Maria le 19/11/2015 21:09 (depuis mobile)
5000 qui partent mais aujourd'hui il faudra faire un bilan. Et aussi faire un pourcentage de ces jeunes devenus adultes qui reviennent. Ainsi les aider AUSSI à revenir!! Qui n'est pas d accord?

5.Posté par David Leonidas le 20/11/2015 07:26
À post 1 ... Tu crois pas si bien dire ... Demande aux employés du conseil départemental
Ils te diront les feux de l'amour qui se jouent la bas ... Lol

Je dis ça mais je dis rien ... À vs de juG

6.Posté par citoyen le 20/11/2015 08:16
Post 4 faire un bilan, c est sur qu'il en faudrait un pour les statistiques mais ces jeunes qui partent sont des adultes qui sont en train de construire leur vie, il faut savoir aussi un moment les laisser vivre et faire leur choix, habiter et travailler en métropole n'est pas un échec...............il faut savoir faire taire les clichés aussi.

post 1, c était le mari de la présidente à une époque, c'est tout et il est devenu président du CNARM, lol...

7.Posté par reunion le 20/11/2015 11:10
la reponse 3 simandef a tout resume en 27 annees d exil j ai vu tout ce qu il a ecrit

8.Posté par Domi le 20/11/2015 11:13 (depuis mobile)
Simamandèf vous avez juste oublié ceux qui ont très bien réussi et ils ont très nombreux. J''''''''en veux pour preuve les enfants de la voisine qui sont partis avec le bumidom et qui sont revenus avec des enfants médecins,ingénieurs....l

9.Posté par KLD le 20/11/2015 19:48
mais non post 8 , on sait bien que pour certains ça marche , on est lucide !!! , mais pour d'autres le bumidom a été l'enfer .le CNARM effectivement c'est autre chose .mais ne nous bouchons les yeux sur une "certaine époque" ..honte à ceux qui ont participé à "certaines choses" ........chacun s'en souviendra , c'est vrai que cela remonte mais les témoignages sincères existent !

10.Posté par polo974 le 25/11/2015 14:06
"""manque d'intérêt pour le travail manuel..."""
sauf que:
1. ici tout est centré sur le commerce (d'import, pas d'export), donc question formation des métiers techniques, l'offre n'est pas terrible.
2. ceux qui ont réussi dans un cursus technique trouvent plus facilement ici que ceux qui ont suivi les formation "marchand de vent". même si la rémunération n'est pas souvent à la hauteur...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales