Social

50 ans de l’INSEE : La Réunion en 1966, c’était comment ?

L’Insee fête ses 50 ans à La Réunion en cette année 2016. Ses premières données seront publiées un an plus tard, en 1967. A l’occasion de cet anniversaire qui répond également aux 70 ans de la départementalisation, nous allons vous projeter en arrière, grâce aux données de l’époque, pour vous faire connaître, pour certains, ou revivre pour d'autres, La Réunion des années 60, telle que l'a décrit l'INSEE dans ses toutes premières études sur la société réunionnaise.


Des enfants devant une modeste case située à Basse Vallée à Saint-Philippe (C’était hier, D.Vaxelaire, édition Orphie)
Des enfants devant une modeste case située à Basse Vallée à Saint-Philippe (C’était hier, D.Vaxelaire, édition Orphie)
Lire aussi : Entretien avec Charles Durand, premier directeur de l'INSEE Réunion en 1966

Si l’on suit les probabilités statistiques d'époque, l’homme réunionnais de 1967 avait le profil d'un père de six enfants – avec 8% de chance qu’un enfant décède – dont l’espérance de vie était de 56 ans, sans diplôme scolaire, vivant dans une case en tôle sans eau ni électricité. Une vie bien différente de celle des Réunionnais aujourd’hui…

« 1960 : les temps modernes se mettent en place avec la 1ère grande surface de l’histoire de La Réunion ». La foule marche vers - et les plus anciens le reconnaîtront - le Prisunic de la famille Lawson (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)
« 1960 : les temps modernes se mettent en place avec la 1ère grande surface de l’histoire de La Réunion ». La foule marche vers - et les plus anciens le reconnaîtront - le Prisunic de la famille Lawson (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)
416.000 habitants et 6 enfants par femme
 
L’Insee s’installe sur l’île en 1966. La population enregistrée en 1967 est de 416.525 et l’indice de fécondité est de 6,73 enfants par femme ; d’où la population de 850.000 habitants aujourd’hui malgré un indice de fécondité qui a largement diminué, et qui est aujourd'hui de 2,4. Cet indice reste néanmoins supérieur au taux métropolitain (2 enfants). Mais le taux de mortalité infantile est bien plus élevé aussi : 8% contre 0,6 aujourd’hui.
 
L’augmentation de la population est aussi due à l’amélioration des conditions de santé et donc la hausse de l’espérance de vie. Car en 1967, l’espérance de vie des hommes n’est que de 56,5 ans et celle des femmes de 63,5. Les hommes vivent moins longtemps pour plusieurs raisons, selon l’Insee : des conditions de santé plus précaires héritées d’avant la départementalisation, la distance psychologique avec les structures médicales, les activités et métiers plus à risque et plus d’accidents, de suicide, de prise de risque et de mauvaise nutrition.

« Très belle photo de Jean Legros, au début des années soixante. Les nouvelles maisons jumelées de la Petite-Ile à Saint-Denis (on y voit la caserne Lambert) en cours de construction, qui remplacent les habitations modestes de ce quartier pauvre : une des 1ères opérations de réhabilitation urbaine de Saint-Denis », écrit Daniel Vaxelaire
« Très belle photo de Jean Legros, au début des années soixante. Les nouvelles maisons jumelées de la Petite-Ile à Saint-Denis (on y voit la caserne Lambert) en cours de construction, qui remplacent les habitations modestes de ce quartier pauvre : une des 1ères opérations de réhabilitation urbaine de Saint-Denis », écrit Daniel Vaxelaire
910 diplômés du supérieur sur toute l’île
 
En 1967, seuls 3% des Réunionnais de 15 ans ou plus ont un diplôme scolaire qualifiant, soit 6700 personnes. Parmi elles, on ne compte que 910 diplômés de l’enseignement supérieur. Et le problème commence dès le primaire avec des classes de 20 à 60 élèves (contre des classes allant jusqu’à 100 élèves en 1952). A titre de comparaison sur le chemin parcouru, aujourd’hui on compte 90.000 diplômés du supérieur dans notre académie.
 
Avec peu d’études et peu de revenus, le PIB de l’île n’est que de 306.900 euros en 1970, soit 682 euros par habitant. En 2010, on compte 18.400 euros par habitant pour un PIB de 15.240.000 euros. A l’époque, il y avait 100 fois moins de prestations sociales.
 
70% des Réunionnais sans eau ni électricité
 
Il y a 50 ans, on ne compte que 17% des logements construits en dur, soit 14.676 logements (contre 89% en 2012, soit 267.756). Et dans ces logements, il n’y avait très souvent ni eau courante ni électricité. En 1967, seulement 28% des logements ont de l’eau et 29% de l’électricité. En 2012, l’accès aux deux est complètement généralisé.

Grande lessive dans la Rivière d’Abord en crue, après un cyclone (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)
Grande lessive dans la Rivière d’Abord en crue, après un cyclone (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)
10 fois moins d’agriculteurs
 
L’agriculture a perdu la place centrale qu’elle avait dans les années 60. A l’époque, 30% de l’activité à La Réunion était agricole ou de pêche et le secteur public ne représentait que 17%. Aujourd’hui la part de l’agriculture a été divisée par 10 et la fonction publique multipliée par 2,5.
 
Si la départementalisation a boosté le développement de La Réunion pour arriver à ce que l’on connaît aujourd’hui, l’Insee enregistre néanmoins chaque année des différences importantes avec la métropole , que beaucoup qualifient d’"inégalités".

Scène de vie dans les hauts de Saint-Joseph (photo André Mannessier dans "C'était hier")
Scène de vie dans les hauts de Saint-Joseph (photo André Mannessier dans "C'était hier")

Reconnaissez-vous le Barachois sans ses nombreuses voitures d'aujourd’hui ? Ici une photo de Jean-Louis Elphège en 1961 (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)
Reconnaissez-vous le Barachois sans ses nombreuses voitures d'aujourd’hui ? Ici une photo de Jean-Louis Elphège en 1961 (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)

On se presse au Petit marché de Saint-Denis (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)
On se presse au Petit marché de Saint-Denis (C’était hier, Daniel Vaxelaire, ed.Orphie)
Mardi 4 Octobre 2016 - 17:43
Soe Hitchon
Lu 37733 fois




1.Posté par sensuelle-radio le 04/10/2016 20:02
surement une belle époque ... sans technologie.

2.Posté par ab le 04/10/2016 23:38 (depuis mobile)
S''il y a une expo photo je suis preneur !

3.Posté par rofm le 05/10/2016 06:29
i fé pensé ce que mes parents i raconté belle image

4.Posté par Eon le 05/10/2016 07:02
Avant c'était mieux !
On avait le bon cari de poulet péi au feu de bois avec un rhum , le vrai !

Aujourd'hui on nous sert des poulets de l'eau , sans goût ...on est obligé d'y ajouter plein de siav pour leur donner du goût ... et le "Charrette" a un goût d'alcool à brûler ...

Avant on pouvait corriger ses enfants avec fouet pêche ...
Aujourd'hui , après une correction , vous êtes mis(e) en examen pour "maltraitance" !

Avant on avait de belles rivières pour se baigner et laver son linge kaki ...
Aujourd'hui , machines à laver ...

Avant on était filiformes et musclés ...
Aujourd'hui on est devenus des "baleines" avec des fesses et ventres gonflants , taille 65 !

Vivement le temps d'aujourd'hui !

5.Posté par Jose le 05/10/2016 14:52
Il y avait surtout moins de monde, c'est ce qui pourrit notre quotidien !

6.Posté par Titine le 05/10/2016 16:02 (depuis mobile)
Eh oui tout ça c''était le bon temps!

7.Posté par kld le 05/10/2016 18:54
ha bon ? "avant c'était mieux" ?? vous êtes sur ? le bon temps du "popa, mon moman zélu n'a toute le temps raison " ............. non , avant ce n'était pas mieux , meme si l'individualisme, inhérente aux sociétés dites "libérales" a gagné du terrain .

8.Posté par yab le 06/10/2016 09:16
Avant les gens étaient oki et i achté pa. aujourd'hui le mounn lé toujour oki, mé i achet a kredi et aprè i rall

9.Posté par Ma sonnerie le 07/10/2016 06:22 (depuis mobile)
Aucun retransmission televisuelle ou radiophonique avec réunion première située à 100 mètres de l'INSEE...une web-tv au conseil départemental... Vive la médiocrité..

10.Posté par Thierry le 07/10/2016 08:14
Que ce soit hier, aujourd'hui ou demain, l'homme singulier aura toujours le plaisir de sa vie, de vivre avec les autres et avec le progrès.

Cependant, nous ne pouvons que faire le regrettable constat que le futur de cet "hier", soit aujourd'hui, a concouru à la disparition d'une grande partie de la nature, surtout côtière. Qu'en restera-t-il demain ?

Un beau moment de "vie" via ces photos "mémoires" et "miroirs" de la vie traditionnelle lontan.

11.Posté par jean claude payet le 09/10/2016 11:13
bah pas grand chose n/' a changee....si les gens sont bien plus con a present

12.Posté par golf51 le 17/10/2016 07:22
Mort de rire post Payet et pas faux !!
Mais une belle exposition serait la bienvenue.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales