Social

471 ex-salariés de l'Arast attendent leurs indemnités de licenciement


471 ex-salariés de l'Arast attendent leurs indemnités de licenciement
Cela fait plus de 38 jours que les ex-salariés de l'Arast campent devant les grilles du Conseil général. Paul Junot et Carmen Allié entament leur 18ème jour de grève de la faim, Jacques Zéphir et Mimose Libel, le 15ème, un autre gréviste jeûne depuis deux jours et tous ont été rejoins depuis ce matin par un sixième gréviste de la faim dont l'identité n'est pas encore connue, "il s'agit d'un journaliste du sud", confie juste Paul Junot, secrétaire départemental de la CFTC.

Mais la bataille ne se trouve pas seulement devant les grilles du Département, mais bien dans les chiffres avancés par chacun sur le nombre de salariés de la structure indemnisés depuis la liquidation. 115 salariés n'ayant pas saisis les prud'hommes pour le mandataire liquidateur, Houssen Badat, contre 241 ex-salariés pour le Défenseur des droits de la Réunion, Didier Lefèvre, chiffre annoncé lors d'une rencontre qui s'est déroulée hier avec les ex-Arast.

"Selon les recoupements effectués, nous avons donc 342 personnes qui restent donc dans l'attente d'un jugement. Et notre mobilisation avec les 129 dossiers de Saint-Pierre porte donc sur un total de 471 ex-salariés qui attendent d'obtenir leurs indemnités de licenciement", explique Paul Junot.

Toujours pas de négociations entre le Département et les ex-Arast, seulement une rencontre à la mi-janvier programmée. En attendant, un grand pique nique est organisé ce samedi et ce dimanche avec les ex-salariés de la structure devant le Conseil général.
Samedi 7 Janvier 2012 - 07:30
Lu 1461 fois




1.Posté par claudette le 07/01/2012 08:40
on n'y comprend plus rien dans cette histoire avec les chiffres annoncés par les uns ou les autres....on comprend juste que c'est un bordel assez lamentable en tous cas pour tous ces salariés et peut être surtout ceux qu'on entend pas...trop de politique dans tout ça peut être.....

2.Posté par noe2012 le 07/01/2012 08:47
Ce n'est pas juste pour les autres grèvistes , voilà le 6e qui arrive 15 jours après !!! lui , il sera en forme pendant que les autres ont déjà souffert !!!

"On peut faire semblant d'être grave, on ne peut pas faire semblant d'avoir de l'esprit." Sacha Guitry.

3.Posté par marc le 07/01/2012 09:12
le probléme du département ce n'est pas seulement la question de l'indemnisation des ex salariés de l'ARAST , mais celui des familles fragilisées aujourd'hui laissées pour compte ..la disparition de plus de 40 ans d 'éducation populaire , d'intervention sociale à travers l'ex arfuts /arast a un prix beaucoup plus cher que le déficit financier qui a conduit à liquidation de la structure . il n''est pas besoin d'être sociologue pour avoir une vision prospective de ce que sera la Réunion demain , gageons ' à ce moment que personne à la Réunion du PCR au PS en passant en par la droite ne s'en étonnera . en attendant la Réunion ressemble de plus en plus à un bateau fou dirigé par l'équipage dindar .

4.Posté par Syndiqué à transférer le 07/01/2012 09:35
Le vice président du conseil général Dennemont vient d'affirmer haut et fort dans la presse concurrente qu'il a tout fait pour assurer la continuité des activités arast vers "Proxim" et "Korbeil" ; qu'il a garanti à une partie des salariés arast de sa commune particulièrement (discrimination!!!) le transfert de leurs contrats de travail. Aucun abruti n'aurait fait mieux pour mettre en valeur la discrimination envers les autres salariés en garantissant la continuation des activités arast. Allant même préciser qu'il n'est pas du tout nécessaire d'engager de procédures juridiques. Que demandent les autres salariés aux juges??? la décision d'assurer leur transfert vers le conseil général et ses organismes satellites.

5.Posté par de 700 à 216 le 07/01/2012 09:57
On n'y comprend rien ? C'est tout simplement que 216, c'est un chiffre insuffisant par rapport aux 700 initialement annoncés. Et il faut bien justifier un mouvement qui ne repose sur rien

6.Posté par pseudo jetable le 07/01/2012 12:20
Encore une bataille de chiffres.
L'administrateur judiciaire aurait dû interpeller le conseil Général depuis plus d'un an suite au jugement de saint Pierre. Cette mission faisant partie de son rôle d'administrateur. Sans l'intervention de début décembre un certain nombre d'ex arast ce dossier aurait pu traîner encore plusieurs années. Le rôle de l'administrateur judiciaire dans ce genre de dossier est de gérer l'ensemble des créances et vendre les actifs. L'indemnité de licenciement faisant partie des créances salariales. Pour votre information beaucoup de dossiers sont en phase de gérer depuis quelques semaines (début décembre 2011). Les AGS ont débloqué les paiements entre novembre et décembre2011. J’ose espérer que l'administrateur judiciaire n'a pas oublié de se faire payer la prestation sur ces deux années de dur l'affaire arast. Autre bizarrerie de ce dossier, le conseil Général paye directement les 130 personnes du Sud alors que c'était le rôle de l'administrateur judiciaire de faire appel de fonds au niveau du conseil général. Et dans un deuxième temps versés les indemnités de licenciement aux ex salariés. Donc quand j'entends l'argumentaire de l'avocat du conseil général expliquant qu'il voulait bien payer, mais qu'il n'avait pas les relevés d'identité bancaire des personnes concernées par ce jugement des prud'hommes dans le sud, cela devient risible. Autre détail de ce dossier lu dans la presse de ce matin, un élu du Sud expliquant avoir recasé une quinzaine de salariés dans les structures proches du conseil général. Il faut se rappeler TOUT de même, que 1020 contrats ont été créés lors d'une commission permanente de février 2010 par la majorité actuelle du conseil général. Ces 15 postes faisaient ils partie des 1020 postes ? Fallait-il habiter aux avirons, ou avoir la carte d'un parti politique pour en bénéficier ? y a-t-il eu continuité d'activité pour ces 15 personnes et tant d'autres encore dans les filiales du conseil général (GIP, KORBEIL,PROXIM….) ? le refus de l'AGS de verser des indemnités de licenciement au ex Arast repose sur cette continuité de service et d'activités. L'article de ce jour, donne du grain à moudre aux avocats de l'AGS. De même, il met en évidence l'implication des élus de la majorité départementale dans la gestion à la petite semaine d'un dossier aussi important et de la faillite de l’arast.

7.Posté par Logique le 07/01/2012 23:35
Post 5

216 seraient insuffisants?
Ben dis donc...
On n'a pas les mêmes valeurs, visiblement.

8.Posté par @logique le 08/01/2012 06:31
On n'a pas la même logique, tout simplement. Et sûrement pas effectivement les mêmes valeurs : le fond m'importe au moins autant que la forme. Ce n'est pas parce que les médias chantent les vertus des manifestants et répètent tout ce qu'ils disent sans aucune vérification, quitte à se contredire d'un article à l'autre, que je vais chanter avec eux

9.Posté par Logique le 08/01/2012 08:59
Post 8
Le fond est une question de bonne foi ou de mauvaise foi.
Etaient-ils de bonne foi avec les précédentes estimations? Oui.
Sont-ils de bonne foi en donnant des chiffres différents dès qu'ils en sont informés? Oui
Toutes les autres parties prenantes du problème sont-ils eux aussi de bonne foi? Non

Si vous voulez tester la sincérité des grévistes, allez leur parler, tout simplement, vous verrez bien.

10.Posté par @logique le 08/01/2012 09:30
bonne foi ? alors pourquoi deux versions en quelques heures d'intervalle? Il suffit de voir les post de Zinfos : le premier de Junot annonce 216 dossiers en suspens, quelques heures après interviewé, Junot donne un chiffre qui dépasse les 300.... Bonne foi ? Alors on entame une action en représentant soi-disant les anciens salariés de l'ARAST sans même savoir qui on représente (qui on est censé représenter) ? Bonne foi ? Alors pourquoi les demandes varient-elles au gré des jours ? Bonne foi ? Alors pourquoi annoncer sur Freedom une cinquantaine de personnes au pique-nique de solidarité quand il n'y avait même pas une poignée ? Bonne foi ? Alors pourquoi focaliser toutes les attaques et toutes les actions contre le Conseil général quand l'AGS en mériterait au moins autant ? Bonne foi ? Alors pourquoi tous les opposants au Conseil général s'engouffrent-ils dans cette opportunité médiatique avec la bénédiction des manifestants (et au premier rang des récupérations politiciennes, je place Carmen Allié, candidate aux élections cantonales sur le 1er canton, celui dont est élue Nassimah Dindar ? Si vous êtes peut-être de bonne foi, il est clairement établi que tous ne le sont pas... Ce qui explique d'ailleurs que peu des 700, 345, 216 anciens salariés censément représentés par ces manifestants sont présents à leurs côtés... Et là encore, s'ils étaient de bonne foi, ne se poseraient-ils pas la vraie question : leur action est-elle vraiment légitimée par ceux qu'ils sont censés représenter et qui ne sont même pas là ? On veut faire du bien aux gens sans qu'ils le demandent ? A une autre époque, on appelait ça du néo-colonialisme

11.Posté par @pseudo jetable le 08/01/2012 09:33
Je vous cite et vous avez raison : "L'administrateur judiciaire aurait dû interpeller le conseil Général depuis plus d'un an suite au jugement de saint Pierre. Cette mission faisant partie de son rôle d'administrateur. Sans l'intervention de début décembre un certain nombre d'ex arast ce dossier aurait pu traîner encore plusieurs années". Mais alors pourquoi manifester devant le Conseil Général et non devant les locaux de l'administrateur judiciaire ou de l'AGS ? Ne serait-il pas du ressort de l'administrateur judiciaire de faire parvenir les RIB à l'avocat du Conseil Général et non au Conseil général de les demander y compris par voie de presse ? Décidément, les manifestants se trompent de cible ou ne ciblent que très partiellement (partialement?).

12.Posté par Logique le 08/01/2012 13:49
Post 10
Peut-être faudrait-il effectivement se demander pourquoi il n'y a pas plus d'ex-ARAST qui se montrent auprès des grévistes, mais certaines des réponses possibles risquent de ne pas vous plaire.

Pour ces ex-salariés, quelle est la seule possibilité de poursuivre une carrière?
Travailler dans une structure qui prodigue le même genre de prestations que l'ARAST, structure financée forcemment en grande partie par le Conseil Général, qui a donc de facto pouvoir sur elles.

Est-ce que certains décideurs du CG seraient capables de Black-lister des personnes se montrant auprès des grévistes de la faim? Ou même dont certains membres de la famille se montreraient un peu trop ostensiblement auprès des grévistes de la faim?
Le passé et le présent de la vie des collectivités territoriales de La Réunion montrent que ces pratiques existent et que de telles menaces du CG vis à vis de personnes affichant leur soutient au combat actuel EXISTENT!

Alors oui, il a été dit aux victimes de ce naufrage de ne surtout rien intenter contre le CG et que tout allait bien se passer, sauf que ceux qui y ont cru attendent toujours pour une bonne part d'entre eux que tout aille bien.

Promesses non tenues et menaces de rétorsion ont divisé les victimes de cette faillite au point qu'elles n'osent pas se montrer pour une bonne part d'entre elles et celles qui osent le faire font preuve d'un courage qui force le respect.
Les autres ne méritent pas pour autant le mépris ou de les laisser dans leur détresse, toujours à espérer qu'une promesse soit tenue et à trembler dans la peur de perdre jusqu'à l'espoir de s'en sortir un jour.

Il est particulièrement cynique de la part de ceux qui manipulent la misère à coup de promesses jamais tenues et de menaces de rétorsion de faire semblant de s'étonner de l'efficacité de leurs pratiques immondes et localement éprouvées.

Venir faire des procès d'intention à ceux qui les soutiennent sous pretexte que leurs chiffres ne sont pas précis (par quel miracle disposeraient-ils de chiffres si personne ne les communique) et que les personnes qu'ils défendent n'osent pas apparaître en public est juste méprisable.

Pourquoi sont-ils devant le Conseil Général et pas devant les AGS?
Parce que les AGS étaient d'accord sur le principe d'un accord pour régler le problème rapidement et que c'est le Conseil Général qui a refusé, avec pour conséquence l'attente de décisions de justice pour des gens qui n'ont pas les moyens d'attendre des mois encore l'aumône de leurs indemnités!

13.Posté par Logique le 08/01/2012 13:49
Post 10
Peut-être faudrait-il effectivement se demander pourquoi il n'y a pas plus d'ex-ARAST qui se montrent auprès des grévistes, mais certaines des réponses possibles risquent de ne pas vous plaire.

Pour ces ex-salariés, quelle est la seule possibilité de poursuivre une carrière?
Travailler dans une structure qui prodigue le même genre de prestations que l'ARAST, structure financée forcemment en grande partie par le Conseil Général, qui a donc de facto pouvoir sur elles.

Est-ce que certains décideurs du CG seraient capables de Black-lister des personnes se montrant auprès des grévistes de la faim? Ou même dont certains membres de la famille se montreraient un peu trop ostensiblement auprès des grévistes de la faim?
Le passé et le présent de la vie des collectivités territoriales de La Réunion montrent que ces pratiques existent et que de telles menaces du CG vis à vis de personnes affichant leur soutient au combat actuel EXISTENT!

Alors oui, il a été dit aux victimes de ce naufrage de ne surtout rien intenter contre le CG et que tout allait bien se passer, sauf que ceux qui y ont cru attendent toujours pour une bonne part d'entre eux que tout aille bien.

Promesses non tenues et menaces de rétorsion ont divisé les victimes de cette faillite au point qu'elles n'osent pas se montrer pour une bonne part d'entre elles et celles qui osent le faire font preuve d'un courage qui force le respect.
Les autres ne méritent pas pour autant le mépris ou de les laisser dans leur détresse, toujours à espérer qu'une promesse soit tenue et à trembler dans la peur de perdre jusqu'à l'espoir de s'en sortir un jour.

Il est particulièrement cynique de la part de ceux qui manipulent la misère à coup de promesses jamais tenues et de menaces de rétorsion de faire semblant de s'étonner de l'efficacité de leurs pratiques immondes et localement éprouvées.

Venir faire des procès d'intention à ceux qui les soutiennent sous pretexte que leurs chiffres ne sont pas précis (par quel miracle disposeraient-ils de chiffres si personne ne les communique) et que les personnes qu'ils défendent n'osent pas apparaître en public est juste méprisable.

Pourquoi sont-ils devant le Conseil Général et pas devant les AGS?
Parce que les AGS étaient d'accord sur le principe d'un accord pour régler le problème rapidement et que c'est le Conseil Général qui a refusé, avec pour conséquence l'attente de décisions de justice pour des gens qui n'ont pas les moyens d'attendre des mois encore l'aumône de leurs indemnités!

14.Posté par pseudo jetable le 08/01/2012 19:01
Post 10
Je vous pose la question : pourquoi l’administrateur judiciaire n’a pas ordonné le paiement des indemnités suite à la condamnation du CG ? Si vous suivez l’activité politico financière et plus…… de la réunion depuis quelques années, vous devriez avoir la réponse. Pourquoi camper devant le CG ? L’arast avait une mission de service publique avec comme financeur principal le CG mais je pense que si vous avez une fois de plus suivi ce dossier depuis fin 2008 et 2009 vous devriez avoir une petite idée objective de l’implication des membres de la majorité zembrocal dans ce dossier. C’est bien cette majorité qui a convoqué les 1200 ex à la salle candin et non pas le CA de l’arast ou son DG.. Enfin je ne souhaite pas refaire l’histoire de « l’épuration » du secteur social par cette collectivité depuis 2008. Je ne peux que vous proposer de reprendre les divers sujet sur l’arast depuis 2008 sur les medias locaux et pour ne pas être sectaire le JIR, RFO, ANTENNE,QUOTIDIEN, site du CG, TEMOIGNAGE et zinfo……et surtout ne pas hésiter de venir à la grotte rencontrer les EX. de plus arrêtez vous longuement sur le post 12 des réponses à vos questions ont été élucidé au travers ce post.

15.Posté par @ post 4 le 08/01/2012 20:54
Laisser parler ce crétin et nous gagnerons du temps.
Sachez qu'il a été ce que la réunion a eu de pire a supporter comme homme politique (vous n'avez pas fini de découvrir les dégâts causés par cet homme...)
Vous parlez de transfère et bien sachez qu'il a transféré au conseil général la pratique qui est la sienne aux avirons...
Temps que le crétinisme était circonscrit par les frontières avironnaises on aurait pu dire tan pis pour eux, ils ont choisit cet homme c'est leur problème, mais dés lors où il a eut accès au centre du pouvoir départemental, aux caisses, au délégations juteuses etc, le boug s'est senti pousser des ailes... et surtout intouchable !!! :
Qu'est-ce qu'on entend pas aux avirons:
"vi conné a ki vi cause là !!" Attention !!!
"Marche a coté papa dennemont et un jour vous aussi va gagner !!! " Té papa dennemont...
"Attention, c'est la dernière fois que mi di a ou PAS DE VAGUES"
"mi voulez juste démontre a ou ce que moins lé capab de faire ... attention"
Le ga depuis quelques semaines fait de prières catholiques (lui qui disait ne pas croire en quoique ce soit, n'entrait jamais dans une église, restait dehors)
Aujourd'hui le boug fait son signe de croix... C'est à mourir de rires...
Mais kosa la arrivé don ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales