Social

400 grévistes devant la préfecture


400 grévistes devant la préfecture
Près de 400 grévistes sont actuellement mobilisés devant la préfecture de Saint-Denis et manifestent pour le maintien de la retraite à 60 ans.

"D'autres solutions existent", affirment-ils. Pour un grand nombre des grévistes, "l'État est soumis au dictat des finances".

Selon ces derniers, il faut aller chercher l'argent là où il est "dans les paradis fiscaux par exemple", indique Paul Junot, porte-parole de la CFTC.

Jeudi 27 Mai 2010 - 11:02
Karine Maillot
Lu 2181 fois




1.Posté par Basile le 27/05/2010 11:31
"D'autres solutions existent."

Effectivement, les vieux, il faudrait les éliminer dès la naissance.

2.Posté par etjosedire le 27/05/2010 11:59
Des slogans et des solutions dignes de grands naïfs.

Le travail n'a jamais été une malédiction. Les anciens ont profité de la retraite par répartition, alors qu'ils n'avaient au départ pas cotisé.

Ceux qui espèrent encore dans un système par répartition se leurrent car en réalité le système par répartition n'est viable qu'à la seule condition que les cotisants deviennent de plus en plus nombreux. Or la mécanisation, l'informatisation, la robotisation etc.. ont contribué à faire fondre le nombre des travailleurs cotisants comme neige au soleil.

Avec la mondialisation impossible d'envisager de taxer les machines ou ordinateurs.

Donc, il faudra travailler jusqu'à ce que mort s'en suive.

Sinon des minima sociaux seront fixés, un peu comme le RMI, et tout le monde sera logé à la même enseigne.

Comme tout ceci est lié à l'espérance de vie qui ne cesse d'augmenter depuis 50 ans, il est aisé de comprendre qu'un Alain MINC veuille faire payer aux très vieux leurs soins, sinon l'autre solution c'est de disparaître, ou alors de comprendre comment en déremboursant à tout va les médicaments, le problème est traité en amont.

Conclusion: la médecine de riche et de pauvre est mise en place et personne ne s'en plaint.

La France d'aujourd'hui peut se résumer de la manière suivante: il faut être actif et rapporter des sous à l'état sous forme d'impôts, de cotisations et de taxes. Il ne faut surtout ne rien réclamer en retour. Dés que vous ne pouvez plus rapporter un radis, autant disparaître. C'est la nouvelle sélection "naturelle".

Dans la France de Sarko c'est quand même ce critère qui a été retenu en matière d'immigration: les bons à rien restent dehors et les cerveaux recherchés peuvent entrer.

la cellule familiale redeviendra de plus en plus le seul espace de solidarité entre générations.

Psaumes 127:127.3

"Voici, des fils sont un héritage de l'Éternel, Le fruit des entrailles est une récompense.
127.4
Comme les flèches dans la main d'un guerrier, Ainsi sont les fils de la jeunesse.
127.5
Heureux l'homme qui en a rempli son carquois! Ils ne seront pas confus, Quand ils parleront avec des ennemis à la porte."


3.Posté par boyer le 27/05/2010 14:36
Avec la mondialisation impossible d'envisager de taxer les machines ou ordinateurs.

=> ce qui a ete défait, peut etre refait

4.Posté par Jeff le 27/05/2010 15:18
Et hop! là youp là boum, Boyer, mettre une taxe sur les investissements ca c'est la solution surtout qu'il faut ammortir à grande vitesse les équipements (robots, ordinateurs) car la loi de Moore s'accèlère.

Commençons par baser la retraite sur les trimestres ou les mois de cotisations en activité et dégressif en cas de période d'inactivité, on aura fait un petit pas.

Note : j'ai ouvert le parapluie, car je vais me faire vilipender.

5.Posté par Darius le 27/05/2010 15:20


Combien de burqua présent devant la préfecture ?

je les rejoind en nikab...

6.Posté par geremia le 27/05/2010 16:51
La réunion est aussi une sorte de paradis avec la défiscalisation et la surrémunération!

7.Posté par public-privé le 27/05/2010 16:55
On parle de revoir non seulement l'âge de départ à la retraite mais les infonautes oublient de préciser qu'il existe pourtant une inégalité pour ne pas dire un fossé entre une retraite de la fonction publique et une retraite du privé.

Expliquez moi le pourquoi les raisons qui font que sous prétextes que les fonctionnaires, déjà bien arrosés financièrement et socialement, puissent bénéficier d'une retraite calculée sur leurs 6 derniers salaires alors que pour le privé elle est calculée sur les 28 dernières années.

Rappelons nous quels étaient les montants des salaires il y a plus de 25 ans !!! il faut le dire c'étaient des salaires de misères qui sont pris en compte pour le calcul de notre retraite.

Nous salariés du privé nous nous battons tous les jours pour joindre les deux bouts avec en plus une insécurité professionnelle que les fonctionnaires ne connaissent pas.

Nous salariés du privé, nous voyons constamment une baisse permanente de notre pouvoir d'achat et ne pouvons plus nous permettre de devenir propriétaire foncier suite aux augmentations considérables des valeurs foncières et cela en grande partie à cause de la fonction publique.

Et pourtant on nous dit d'être dans un état de droits. Il s'agit là d'un gouvernement qui considère les fonctionnaires comme des enfants légitimes et nous le privé comme des batards. Et nos frères du publique continuent à vouloir avoir la plus grosse part.

Les salaires de la fonction publique sont bien au delà de nos salaires et je dis qu'il est temps que tous nous soyons sur un même pieds d'égalité, d'autant plus que le gouvernement ponctionne les caisses du privé pour subvenir au financement des fonctionnaires.

Alors je dis oui aux réformes surtout à la baisse ou au retrait de l'indemnité temporaire de retraite et oui pour une complémentarité des retraites par un système par capitalisation et oui à la fin de cette disparité financière entre le public et le privé.

8.Posté par Electron libre le 27/05/2010 17:33
Tout a fait d'accord avec public-privé, c'est le privé qui paye pour les fonctionnaires qui usent le fond de leur pantalon dans un bureau et sont a 4 pour faire lemême travail qu'une personne dans le privé mais les 4 partirons avant en retraite et on se demande pourquoi les caisses sont vide

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales