Politique

31ème Conseil de la COI: La sécurité, le tourisme et le climat au centre des débats


31ème Conseil de la COI: La sécurité, le tourisme et le climat au centre des débats
La Réunion a accueilli ce vendredi le 31ème Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI). Une trentaine de dossiers liés notamment à la sécurité, au tourisme et au climat ont été débattus.  

Le Conseil a débuté par le passage de flambeau entre la ministre malgache des Affaires étrangères Béatrice Atallah et André Vallini, le secrétaire d’Etat français au Développement et à la Francophonie. Le nouveau président de la COI a établi comme priorité "les questions de sécurité, notamment la lutte contre le terrorisme, la piraterie et les questions climatiques", a précisé André Vallini.

Le combat contre le terrorisme passant également par la lutte contre le trafic de drogue, le Conseil a adopté la proposition "d’un plan d’action et la création d’une unité spécialisée en matière de lutte contre ce fléau", à la demande du ministre des Affaires étrangères et des Transports des Seychelles, Joël Morgan. 

En matière de développement touristique les ministres ont montré leur soutien au projet de création d’une compagnie low cost qui desservirait les pays de la zone. Didier Robert, président de la Région Réunion a ainsi réaffirmé sa position: "seule une compagnie de ce type à laquelle participe les transporteurs de la région est en mesure d’apporter une réponse efficace".

A l’occasion de la COP 21, COI et Union européenne s’étaient accordées pour reconnaitre "le très faible impact des activités humaines des pays de la Commission de l’océan Indien sur l’accroissement mondial des gaz à effet de serre", pourtant ces pays font face à des défis climatiques. 
Dans la continuité de ce qui a été décidé, le Conseil a souligné "l’importance de compléter les démarches pour que l’organisation puisse accéder aux fonds climat qui serviront à financer des plans d’atténuation et d’adaptation aux effets du changement climatique".

Par ailleurs ont été signés trois accords dont une convention de financement d’un montant de 910 000 euros  pour la préparation des projets du 11ème Fonds européen de développement ainsi que le renouvellement de l’accord de partenariat entre la COI et la Plateforme d’intervention régionale pour l’océan Indien (PIROI).
Dimanche 28 Février 2016 - 14:55
Lu 1068 fois




1.Posté par Région franco-malgache des Iles Eparses (GS) le 28/02/2016 19:05
Dans le cadre de la Commission de l'Océan Indien, il serait opportun de créer une région franco-malgache des Iles Eparses.
De cette manière, Madagascar pourrait exploiter les ressources de la mer et pétrolières des Iles Eparses, et la France serait donc son principal client en pétrole acheté à bas coût, puis distribué à Mayotte, à la Réunion, etc...

Ainsi, mieux vaudrait exploiter le pétrole Malgache des Iles Eparses pour le distribuer à Mayotte, à la Réunion voire aussi ailleurs - et ce à un prix intéressant pour le consommateur - plutôt que d'extraire dangereusement du gaz de schiste en Ile-de-France, dans le Gard (projet Total), etc...

A ce sujet, relevons que paradoxalement, ceux qui sont opposés à l'exploitation des ressources de la mer et du pétrole des Iles Eparses, ne le sont sans doute pas pour l'extraction dangereuse et polluante du gaz de schiste en métropole.

Puis, c'est sans compter qu'à Mayotte et à la Réunion, un réseau de bornes d'alimentation pour les véhicules électriques, pour ceux fonctionnant à l'hydrogène (non sulfuré) ou à l'air comprimé (non pollué), ce n'est hélas, pas pour demain, n'est-ce pas ?!

2.Posté par KIRIKOU le 28/02/2016 21:41 (depuis mobile)
"seule une compagnie de ce type à laquelle participe les transporteurs de la région est en mesure d’apporter une réponse efficace"

Oui pour couler déffffffffinitivement AIR Austral

Si c''est Tellement une bonne idée pourquoi Ewa?

3.Posté par Des opportunités économiques régionales à saisir ! (GS) le 29/02/2016 11:50
La réalité est qu'il existe des opportunités économiques régionales, en autres, aux Iles Eparses et avec Madagascar; mais que Mayotte et la Réunion qui sont des îles insulaires, préfèrent rester dépendantes en énergies, comme dans d'autres domaines.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales