Economie

30 000 logements sociaux à construire pour compenser le plafonnement de la défisc

François Caillé, président du Médef, avait déclaré lors de la manifestation unitaire et solidaire de La Réunion économique, “nous avons fait des propositions au gouvernement, tout va dépendre des arbitrages”. La solution pourrait venir du financement de la construction de logements sociaux dans l’île.


30 000 logements sociaux à construire pour compenser le plafonnement de la défisc
Rien n’est encore joué, mais, il semblerait que les acteurs économiques et les parlementaires de la majorité présidentielle se dirigent vers une solution médiane.
D’une part, le plafonnement des niches fiscales contenues dans la défiscalisation, devrait de manière modérée compenser l’investissement constructif. Selon le site du parti socialiste national, ce serait 100 à 200 millions qui seraient affectés au financement du RSA (budget global 1,5 milliard d’euro).
Cette perte annuelle pourrait être compensée par une hausse des moyens pour la construction de logements sociaux. “Je suis pour un volet logement social dans la défiscalisation”, a déjà dit Didier Robert, député-maire du Tampon. Il y aurait 30 000 logements à construire à terme. La Réunion économique n’est pas contre.
Mais, une fois encore les critères de financement et de défiscalisation vont se heurter aux réalités de Bercy. Il est clair que les promoteurs n’ont pas envie de s’investir sur des projets, à la marge bénéficiaire limitée.
Il faut ajouter à cela un problème essentiel, l’accession à la propriété pour quel public, avec quels revenus, quelles institutions financières et à quel taux de crédit ?
Ce problème est déjà posé dans la Loi programme pour l’Outre-mer qui sera votée en 2009. Les acteurs économiques souhaitent que l’Etat finance le logement social à hauteur au moins de 2.900 euros le mètre carré, au lieu de 2.300 euros prévus.
L’accord devrait se faire sur 2.700 euros le mètre carré. Ce qui signifie que le logement intermédiaire sur lequel misent aujourd’hui les promoteurs immobiliers, une moitié financée par l’Etat et l’autre par les futurs propriétaires, à revenus moyens (1.500 à 3.000 euros) pourrait à l’arrivée satisfaire tout le monde.
Et l’avantage d’une telle solution serait sa pérennité pour l’emploi et la stabilité économique.

Mardi 28 Octobre 2008 - 07:04
Jismy Ramoudou
Lu 689 fois




1.Posté par bernard le 28/10/2008 15:54
Si la prise de parole est un prolongement de désaccord sur certains articles, je peux noter qu'ici, il est agréable, je dirai même rassurant de constater qu' une solution est envisagée pour la construction des logements sociaux, quand on sait l' importance que cela représente dans un futur proche (10 à 15ans).

2.Posté par Patrick FLOC'H le 28/10/2008 18:11

1. Posté par bernard le 28/10/2008 15:54
Si la prise de parole est un prolongement de désaccord sur certains articles, je peux noter qu'ici, il est agréable, je dirai même rassurant de constater qu' une solution est envisagée pour la construction des logements sociaux, quand on sait l' importance que cela représente dans un futur proche (10 à 15ans).


------------------------------------------------

Sauf que c'est encore le privé qui va en faire les frais....l'état se dégageant totalement de ses prérogatives, pourquoi certains bailleurs sociaux (organismes HLM, SEM gérant des logements sociaux, ici préfèrent ils investir dans une compagnie aérienne plutôt que de faire leur métier de bailleurs sociaux? hors il semblerait que les moyens mis en oeuvres par les organismes bailleurs sociaux laissent entrevoir qu'ils n'investiraient pas suffisamment en faveur du développement et de la réhabilitation de leur parc de logements, pire comment plus de 60 000 logements ne seraient plus au normes ?
Pourtant ils encaissent des loyers? Que font ils de se flux tournant ?

3.Posté par Jean NEURION le 28/10/2008 20:57
Enfin un peu de logique. Il est temps de comprendre que La Réunion a aussi besoin de logements sociaux. Mais évidemment cela n'intéressent pas forcément les investisseurs vu que leur marge bénéficiaire n'est pas la même que sur les autre catégories de logements. Il faudrait savoir si on doit se battre pour les investisseurs ou pour les réunionnais en attente de logements. Une fois de plus, Didier Robert va dans le sens du courage politique. Espérons que cette idée prospère.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales