Economie

20 ans après, le RMI n’a toujours pas mis “le point” sur le “i”

C’est aujourd’hui que le RMI a 20 ans. C’est en effet, le 1er décembre 1988 que cette loi portée Michel Rocard alors Premier ministre, a été votée. Le Revenu minimum d’insertion, appliqué deux semaines plus tard, était sensé “faciliter la réinsertion des chômeurs en fin de droits…”


20 ans après, le RMI n’a toujours pas mis “le point” sur le “i”
Jamais sans doute auparavant “une aide temporaire” ne s’est transformée en un véritable revenu pour des demandeurs en fin de droits aussi bien à La Réunion qu’en métropole. Les chiffres sont éloquents.
En 2005, notre département comptait 75.000 RMIstes. Ils étaient 74.500 en décembre 2006 et 68.000 en décembre 2007. La baisse devrait se confirmer cette année encore.
En volume d’argent, la Caisse d’allocations familiales a versé au titre du RMI, 372 millions d’euros en 2005, 380 en 2006 et 370 en 2007. En comparaison, il faut savoir que le RMI à La Réunion, c’est 50 % du budget de la CAF.
Ce système a vite montré les limites de ses objectifs, à l’image de la défiscalisation. Certains bénéficiaires ont vite trouvé son côté pervers: avoir une petite rente, des allocations familiales, la CMU (Couverture maladie universelle), travailler au noir et payer le minimum en taxes foncières et taxe d’habitation.
C’est d’abord pour mettre fin à cet état d’esprit et à cette situation qui dévalorise le travail que le gouvernement remplacera le RMI (Revenu minimum d’insertion) par le RSA (Revenu de solidarité active) au 1er janvier 2009 en métropole, et à partir de 2011 à La Réunion.
Ce qui laisse largement le temps à ceux qui le souhaitent de fêter dignement le vingtième anniversaire du RMI et d’inviter François Dal’s pour son “Séga z’impôt”…
Lundi 1 Décembre 2008 - 07:08
Jismy Ramoudou
Lu 1486 fois




1.Posté par Aéro Freins le 01/12/2008 08:57
Aaah ben voilà un article bien écrit !!! Bonjour les lecteurs de zinfos974 !! Non, non vous dérangez pas...j'fais qu'passer... vous pouvez continuer à mordre ds vos macarons.. ou mettre le château Le Thil en carafe... c'était juste pour nous le rappeler -parce que ça fait du bien de se LE dire qud même... parfois- :

Il est bien ce gouvernement n'empêche hein ?!! Aaah !!! C'qu'il est bien ce gouvernement !!! Tu sais quoi Chérie..? moi j'l'aime bien moi c'gouvernement... Et c'est pas forcement parce que j'ai voté Sarkozy que j'te dis ça hein...!! on n'est bien d'accord hein ..?!!

Non mais ho ! Et pourquoi pas la grève tant'qu' ils s'y sont là, cette bandes de fêtards va !! ahhh j'aime bien ici moi... ...Il y a une vraie neutralité journalistique... aah...on se sent bien...mmmh... ça fait plaisir...!! Presque autant qu'un bon séga X files.... aaah!!

2.Posté par mastercard le 01/12/2008 09:19
Arrêtons d'anonner avec les autres que le RMI n'a pas encore mis le point sur le "i" du RMI. Car, pour ceux-là, "insertion" signifie toujours trouver du travail. Arrêtons de culpabiliser les érémistes accusés, une fois encore de travailler au noir, de ne pas payer les taxes foncières et d'habitation. On croirait entendre du François Dal's. Pour une insertion "professionnelle", il faudrait d'abord créer du travail. Malgré d'excellentes performances (5% de croissance annuelle), La Réunion n'est pas en mesure d'offrir du travail à tous. Dans ce cas, l'insertion professionnelle est un vain mot.
Il y a une autre forme d'insertion qui consiste à être bien dans la société dans laquelle on vit. Il faudrait s'interroger sur une chose: pourquoi dans une île où il y a 30% de chômeurs et où les inégalités sont si fortes, il n'y a pas plus de crises ou de révoltes que cela? C'est bien parce que quelque part, il y a des formes de solidarité qui permettent aux réunionnais de bien vivre ensemble. Le travail au noir, par exemple est un moyen de s'en sortir pour celui qui emploie comme pour la personne qui travaille au noir.
Le RMI, ce n'est pas qu'une allocation. C'est aussi une organisation solidaire. Le chercheur Nicolas Roinsard a étudié la manière de vivre ensemble de érémistes installés dans des quartiers de Saint-Pierre. Dans un livre intitulé « La Réunion face au chômage de masse » publié par les Presses Universitaires de Rennes il relate son enquête et les conclusions qu’il en tire. Loin des clichés, il montre comment le RMI distribué à une famille sur quatre dans l’île a provoqué une profonde mutation du rapport à l’emploi mais aussi combien les revenus apportés ont aidé un grand nombre d’individus à obtenir une relative autonomie et, comment la solidarité publique a permis à la société réunionnaise de pallier les conséquences sociales de son chômage. Nicolas Roinsard décrit les mécanismes qui, à partir du RMI, ont permis le développement de nouvelles formes de solidarité remplaçant les anciennes formes de solidarité et assurant l’intégration de franges de la population exclues.
Nous sommes là très loin d'une vision caricaturale du RMI.

3.Posté par Jean Paul deux j'en retiens1 le 01/12/2008 12:33
Avec les milliards qui se baladent à droite et à gauche,
pour renflouer les divers trous et pertes occasionnés et orchéstrés par les champions de la finance, pourquoi ne pas imaginer que le RMI ne serait qu'une modeste rétribution envers ses concitoyens, cadeaux de la société qui s'enrichie ?
et par là même bien sur, augmenter d'autant tout les salaires des employès?
Qui ne voudrais pas d'un petit plus pour payer ses factures ou financer son voyage??

4.Posté par la noiraude le 01/12/2008 13:00
En écrivant ce post je sais que je ne vais pas me faire des amis mais je me lance. Mon cas perso: Je travaille, j'ai eu un CUI le mois dernier payé 980 E brut pour 26h hebdo (dans les fait c'est juste sur le contrat, car je travaille 31h !!!) pour le meme taf je dit bien le meme! avec un contrat différent et 30h de travail hebdomadaire mes collègues percoivent un revenu de1200 E brut. Où je travaille, CUI=esclave des temps modernes, mes employeurs savent que trouver un travail n'est pas donné à tout le monde et ils en abusent. Quand on voit ce genre de cas et je suis sure que je ne suis pas seule, on préfère rester au RMI (ce qui n'est pas mon cas soit dit en passant). Pour à peu près le meme montant, on reste chez soi sans les commentaires désagréables de son supérieur, sans le stess et sans ce sentiment d'injustice d'etre payé une misère. Le RMI a ses avantages et tant qu'il en aura, travailler deviendra un caprice. Pour que le terme "insertion" devienne une réalité il faut qu'au sein du travail il y est des avantages aussi, les réformes ne doivent pas se faire sur le RMI mais sur les nouveaux contrats tels le CUI, CAV, RSA, etc

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 02/12/2008 20:17
la solidarité doit être sans contrepartie. c'est tout. donc suppression du I car il est nul et sans objet.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales