Blog de Pierrot

135 ans de réchauffement climatique en accéléré sur une vidéo de 30 secondes

Vendredi 22 Janvier 2016 - 09:28

Selon le journal Nature, “c’est officiel : 2015 était l’année la plus chaude depuis le début des relevés de températures”, en 1880. Et de loin, précise le magazine scientifique, qui cite les données publiées mercredi 20 janvier par trois institutions qui font autorité : la Nasa, la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine (NOAA) et le Met Office britannique.

Selon eux, c’est un puissant El Niño dû à des eaux plus chaudes dans le Pacifique qui a contribué à pousser les températures bien au-delà des valeurs records de 2014 qui, elles-mêmes, constituaient un record.

Une évolution que la Nasa a illustrée dans une vidéo de 31 secondes qui montre le changement des températures sur la planète de 1880 à 2015. 

Cet article est aussi à destination de tous les conspirationnistes et autres complotistes qui s'évertuent à inonder le net en clamant haut et fort que le réchauffement de la terre n'existe pas et que tout ça n'est qu'invention des "illuminati" pour dominer le monde... J'espère qu'après ça, on ne les entendra plus pendant quelque temps...

Pierrot Dupuy
Lu 1877 fois



1.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID le 22/01/2016 09:51

Edifiant! En ralentissant le déroulé des trente secondes, on s'aperçoit d'un léger réchauffement dans les années 20, puis d'un refroidissement, puis à partir des années 1970, un franc réchauffement de plus en plus intense.
Mais ce n'est pas tout de dire et montrer que le réchauffement climatique s'st réalisé en quelques années, ce qui n'est rien à l'échelle planétaire! Les climato-sceptiques , s'ils ne renient pas la réalité du réchauffement, ne l'imputent pas aux GES, c'est-à-dire à l'activité humaine. Et pourtant! C'est bien l'homme qui est en train de détruire son habitat. Et la vitesse du réchauffement ne laisse pas le temps aux différentes espèces de s'adapter. Nous sommes déjà dans la sixième extinction, et l'Humanité elle-même se menace toute seule. Et pourtant il y a des solutions : allez voir le film "Demain". Et ces solutions ne passent pas par la construction de nouvelles routes, c'est d'ailleurs clairement écrit dans le film (pourtant en parie sponsorisé par la Région Réunion...). Faut-il être à ce point schizophrène pour mettre de l'argent dans un film qui dénonce vos agissements?

2.Posté par Eno2016 le 22/01/2016 09:57

Il faut une chaleur de four !
Depuis la révolution industrielle , le climat de dégrade ... Trop de CO2 lâché ...

3.Posté par LORHEIN le 22/01/2016 10:06

C'est du beau cinéma, chez moi sur le plateau LORRAIN depuis plus d'une semaine les températures sont négatives et cette nuit, il a fait moins 10 degrés.

4.Posté par Quelle est la position de chaque congressiste de Davos ? (Gloseur sensE) le 22/01/2016 14:02

Merci M. Pierrot Dupuy pour ce beau et instructif document scientifique vidéo.
Le réchauffement climatique de notre planète est admis de manière incontestable par la communauté scientifique mondiale, et nous le constatons par nous-mêmes.
Mais, il y a ceux qui dès le début des recherches scientifiques, s'efforcent à nier la réalité du réchauffement climatique causé par l'activité humaine.
D'autres, plus radicaux, nient carrément le réchauffement climatique.

A mon humble avis, les premiers qui contestent les conséquences de l'activité humaine sur le climat, sont animés par un mobile essentiellement économique, alors que les seconds sont motivés par leurs intérêts financiers et sont aussi dans le déni pour des raisons idéologiques.
Aussi, sur ce point, il serait intéressant de connaître la position de chaque congressiste de Davos.

Aujourd'hui, nous sommes dans la 4 e révolution industrielle, et il convient de se rappeler que la révolution industrielle du XVIII e siècle était aussi celle du siècle des Lumières, qui est un terme issu de la philosophie ésotérique, notamment, des Illuminati de Bavière.
Quant aux chrétiens, ils sont illuminés par la Sainte lumière de Jésus-Christ.

5.Posté par Zozossi le 22/01/2016 16:09

Bien que la grande bouffe pariso-hollandiste "Copissette 21" soit finie, on dirait que la consigne n'a pas été levée de nous resservir ad nauseam ce plat indigeste du "réchauffement climatique anthropique".

Examinons de près cette pitance avariée.

-Que voyons-nous VRAIMENT sur cette prétendue "vidéo scientifique"?
Des jolies couleurs qui changent en défilant 30 secondes.
Un montage qui laisse la même impression de vide caléidoscopique que "Les Zouzous" ou "Bob l'éponge".
Bref: une niaiserie pour gamins attardés, sûrement pas un document scientifique convaincant.
Esprits exigeants s'abstenir.
Que celui qui a compris quelque chose lève le doigt!

-Que SAVONS-nous vraiment?
Que le réchauffement climatique amorcé vers 1850 a cessé depuis 1998 (données satellitaires RSS - Remote Sensing System, vérifiables), ce qui faisait jusqu'en 2013 le désespoir de la presse du système à qui on cassait son joujou du sacro-saint "réchauffement", et du GIEC réduit à constater un "hiatus" bien embarrassant.

-"135 ans de réchauffement"?
Vraiment?
Même les courbes du GIEC ne font apparaître un réchauffement perceptible qu'à partir de 1930.
Ce qui fait 85 ans et non 135.
Alors: rigueur ou divagation?

-Ces "informations" seraient fournies par trois institutions qui "font autorité" : la Nasa, la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine (NOAA) et le Met Office britannique.
Eh bien! Non, justement: elles ne font pas autorité, car ce sont des organismes gouvernementaux, au service des politiques menées par ces gouvernements. Gouvernements qui ont des intérêts évidents, politiques et financiers, à propager la panique dont ils vont nous "sauver".
Ce tableau est fourni par le GISS, institut de la NASA fondé en 1961.
Ses trois directeurs ont été:

-Robert Jastrow (mort en 2008) qui déclara en 2001 (après son départ): "Nous voyons que les faits scientifiques indiquent que tous les changements de température observés ces 100 dernières années sont dans une large mesure des changements naturels et n'ont pas été causés par du dioxyde de carbone produit par des activités humaines";

-James Hansen, 2e directeur du GISS (1981-2013), beaucoup plus docile que le premier, activiste politique plus que scientifique, contesté par de nombreux scientifiques, tel le physicien Freeman Dyson qui déclara en 2009: "Hansen a transformé la science en idéologie".
Ajoutons que ce Hansen était l'un des illuminés qui nous prédisaient dans les années 1970 un "refroidissement climatique" apocalyptique qui obligerait à "faire fondre l'Antarctique". Les folies changent, les fous demeurent.
Hansen est aujourd'hui conseiller d'Al Gore, le politicien affairiste qui s'est fait une fortune colossale grâce à l'arnaque du "réchauffement climatique" en créant sa "banque carbone".

-Gavin Schmidt, 3e directeur du GISS (depuis 2013), un Anglais qui couvrit les faussaires du scandale du "Climategate" de l'université d'East Anglia qui falsifia des documents afin d'accréditer cette fameuse arnaque si juteuse et si pratique pour imposer ce gouvernement mondial au détriment des peuples et des nations.

Voilà ce que c'est que leurs "institutions qui font autorité".

Et on pourrait continuer si la place le permettait.
Aux curieux de poursuivre la recherche.

Mais attention: sachez que vous serez traités de "conspirationnistes et autres complotistes" amateurs d'"illuminati" par ceux qui devraient -en principe- nous informer de tout ce que je viens d'écrire.

Les puissants n'aiment pas qu'on mette le nez dans leurs bien réels projets de domination mondiale…

6.Posté par redoutable le 22/01/2016 17:00

AVEC 3° DE PLUS L'EMBALLEMENT CLIMATIQUE SERAIT IRREVERSIBLE !
Depuis 20 ans, la planète est sous surveillance. Un phénomène qui déstabilise : Le réchauffement climatique que la Terre affronte aujourd’hui se fait à une échelle et à une vitesse sans précédent.
Les scientifiques prévoient une augmentation de 6 degrés d’ici 2100 qui changeraient le monde. Il reste encore un espoir qui tient à notre capacité de mobilisation générale. Mais il est urgent d’agir sur le réchauffement qui devient la première condition pour que la vie se poursuive.

Avec 1° de plus,la face de la Terre changerait radicalement. La sécheresse toucherait certaines régions du globe quand d’autres seraient soumises à des inondations. Les zones les plus prospères des Etats Unis se transformeraient en désert .

Avec 2 degrés de plus, c’est tout le système marin qui serait perturbé. Le processus d’absorbtion du CO2 par les océans se ferait moins bien : l’eau deviendrait acide, provoquant la disparition des récifs coralliens tropicaux et, avec eux, de quelques 500.000 espèces essentielles au bon fonctionnement des océans du monde.

Avec 3 degrés de plus, la machine commence à s’emballer. La banquise et la neige seraient effacés, une savane aride remplacerait la forêt amazonienne poumon de notre planète. C’est tout le processus de photosynthèse qui serait perturbé : les plantes retiennent l’oxygène et rejettent le CO2, un phénomène constaté notamment lors de la canicule qui a touché l’Europe en 2003. Une libération de carbone qui provoquerait la hausse d’1 degré supplémentaire amplifierait des phénomènes comme El nino et son lot de tempêtes, d’ouragans et d’innondations.

Avec 4 degrés de plus, l’équilibre naturel est menacé. A ce stade les prévisions sont encore plus spéculatives et pessimistes. L’eau se ferait de plus en plus rare, les plus grands fleuves du monde s’assècheraient, rendant certaines régions inhospitalières et provoquant les migrations massives de réfugiés climatiques.

Avec 5 degrés de plus, la machine ne fonctionne plus. Les océans meurent, les déserts avancent inexorablement et les catastrophes naturelles se multiplient.

Avec six degrés de plus, le scénario prévoit l’extinction de toutes les espèces vivantes. Des projections dignes des plus grands films catastrophe. Pourtant il ne s’agit en rien d’une fiction.

Les médias affichent la détresse d’une part importante de l’humanité, celle qui est pauvre, la plus exposée aux bouleversements climatiques en cours. Il faut condamner les choix des gouvernements qui aboutissent en plus à faire supporter à ces classes sociales, et populations démunies, le poids économique des décisions insuffisantes prises pour limiter les impacts des activités humaines.
Tout doit maintenant converger dans le court terme pour limiter très efficacement les émissions de gaz à effet de serre et restaurer les capacités de la planète à se régénérer. Il reste encore un espoir. Tout se joue dans les 10 années en cours.

7.Posté par Depuis l'archiduc d'Autriche-Hongrie (GS) le 22/01/2016 18:28

Dans l'Histoire, il y a eu des complots comme, par exemples, le complot du 14 mai 1610 d'assassinat du roi de France Henri IV, et le complot du 28 juin 1914 d'assassinat de l'archiduc d'Autriche-Hongrie François-Ferdinand (époque où il y avait déjà en Europe des relevés de températures).

C'est pourquoi, les historiens et les enseignants seront, je pense, d'accord avec moi sur le fait de dire que les « conspirationnistes et autres complotistes » ne doivent pas induire en erreur, en particulier les élèves, les jeunes, parce qu'il existe dans l'Histoire (et sans doute aussi dans les évènements contemporains) de véritables complots notoires, et de vraies théories de complots, c'est-à-dire des préparations criminelles et terroristes.

Par ailleurs, relevons que ni les « conspirationnistes et autres complotistes » ni les Illuminati de Bavière ne semblent connaître le 24 e chapitre de l'Evangile de Saint Matthieu, autrement, ils y liraient des exemples du réchauffement climatique ainsi que les folies de l'homme.

8.Posté par Citoyens ! le 22/01/2016 20:10

POSTE 5 BRAVO ! PURE VÉRITÉ LES POPULATIONS SON BIEN MANIPULER

9.Posté par Zozossi le 22/01/2016 23:38

@6.Posté par redoutable

Et avec 7 degrés de plus, le "redoutable" a complètement pété les plombs!

Le tord-boyaux déversé par la caste paniquarde ne vous vaut rien: buvez de l'eau ferrugineuse.

Vous méritez mieux que de vous avilir à servir de relai à la campagne de terreur réchauffiste.

Le média de la caste intéressée à vous affoler vous a fait faire sous vous: débranchez-vous de la perfusion GIEC, informez-vous aux sources de la réinformation et vous comprendrez la manipulation.
La terre en a vu d'autres…

10.Posté par theliberator le 23/01/2016 13:35

Post 5.. Un grand merci ça fait du bien de voir que je ne suis pas le seul à penser que ce réchauffement n est pas d origine anthropique mais tout bonnement naturel et que certains ont de suite flairés le fric à faire sur le business du climat..
À voir sur internet : l' arnaque du réchauffement climatique, surtout destiné aux moutons..

11.Posté par redoutable le 24/01/2016 15:55

Post 9 : Je n'ai pas de leçons à recevoir de vous. Que le réchauffement soit d'origine humaine ou naturel, sachez qu'il est déjà trop tard car le processus d'emballement climatique a déjà commencé avec les conséquences inévitables que j'ai développées dans mon post 6.

Je ne me sens pas au dessus de la science ni des médias comme vous. A 7 degrés de plus, si je peux péter les plombs comme vous dites, ça serait merveilleux, je serait au moins encore vivant et à l'abri quelque part et votre corps serait déjà en état de poussière voire aucune trace moléculaire de vous existant.

Si vous préférez employer des termes de terreurs pour donnez l'impression que vous êtes au dessus de tout et de vous donnez de l'importance alors je vous assure que vous avez trompé de cible.

12.Posté par redoutable le 24/01/2016 18:41

SUITE POST 11 :
L'origine du réchauffement climatique n'est pas encore élucidée par la communauté scientifique.

Toutes les causes ne sont pas suffisament exlorées,le sujet est encore controversé. Les autres considérations politiques, économiques ou la théorie du complot des puissances industrielles sont purement spéculatives.

L'essentiel reste la poursuite de la recherche vers l'étude d'autres paramètres qui ont été négligés pour arriver à une conclusion qui consiste à admettre probablement en grande partie la responsabilité des activités humaines.

13.Posté par Zozossi le 24/01/2016 23:43

@11.Posté par "redoutable"

Pour le moment, c'est votre tête qui m'a l'air de chauffer plutôt que le climat.
Votre excitation m'inquiète…

On estime que vers l'an 1000 (époque dite "optimum climatique médiéval"), il faisait environ 3° de plus qu'aujourd'hui.

Et vers 1500 (pendant le "petit âge glaciaire"), il faisait environ 4° de moins qu'aujourd'hui.

Différence nette: 7° de variation en 500 ans.

Avez-vous entendu dire que la terre s'en soit portée plus mal?

Laissez donc tomber le drogue me(r)diatique et détendez-vous en lisant un bon livre.
Ou en allant sur le site "pensée unique qui vous déniaisera…
http://pensee-unique.fr/

14.Posté par redoutable le 25/01/2016 07:11

Décidement vous ne voulez pas admettre la réalité, la situation préoccupante aujourd'hui dépasse largement les prévisions scientifiques, je vous confirme que l'emballement climatique a déjà commencé.
La terre a connu pire , nous savons les différents cycles climatiques au fil des siècles.Attachez vous à boire du très bon vin avec art ça vous détachera en partie de votre complexe.

15.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID le 25/01/2016 08:58

Comme d'habitude, Zozossi, courageux anonyme au verbe haut, ne peut s'empêcher, en bon sophiste, de faire taire ses détracteurs à coup d'invectives. Cependant, monsieur le climato-sceptique, vous vous discréditez vous-même, de telle sorte que vous devriez cesser de proférer des contre-vérités.
Le petit âge glaciaire et le maximum médiéval ont certes connu des températures inhabituelles, liées en partie aux activités volcaniques du Tambora en 1815 et surtout le Samalas en 1257, à l'activité solaire (faible sous Louis XIV, avec très peu de tâches solaires, et aux paramètres de Milankovic, précession orbitale en particulier. Mais elles sont sans commune mesure avec ce que vous prétendez : le minimum du petit âge glaciaire s'établit autour de -0.4 à -0.6°C par rapport aux périodes précédente et suivante; le maximum médiéval était de +0.1 à +0.3°C. Donc, sur les 600 ans entre l'an mille et l'an 1600, la différence maximale était de 1°C tout au plus. On a jugé le petit âge glaciaire sur l'étendue du glacier des Bossons dans le massif du Mont Blanc. Actuellement, le glacier est à sa portion congrue, et le changement climatique dûment enregistré depuis 1880 est de plus de 1°C en moins de 140 ans : avouez que la différence est notable en matière de vitesse de réchauffement. Enfin vous dites : la planète en a vu d'autres. Certes, mais ce n'est pas la planète qui est menacée, mais les espèces qui y vivent, et donc l'Humanité. Nous sommes entrés dans la sixième extinction, et l'ère géologique va être consacrée comme anthropocène après l'holocène. Et je n'y suis pour rien. Je n'ai pas de conflits d'intérêts avec le réchauffement climatique.

16.Posté par Zozossi le 25/01/2016 14:58

@15.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID

Bourgeon et fier de l'être? C'est un peu juste.
Qu'importe l'appellation si la bibine est infecte?

Deuxième rappel: le pseudo est la règle du forum, et ce qui vaut pour un vaut pour tous, Bourgeon de l'AID el kébir.

Or ça donc, puisque le sachem réchauffiste a l'insigne courage de se nommer, ses écrits vont lui coller par malheur à la peau.

1°) Deux périodes historiques ont été assez marquées et contrastées pour être appelée l'une "optimum climatique" (pour sa chaleur) et l'autre "petit âge glaciaire" (pour son froid).
Mais pour l'illustre Bourgeon de l'AID, "la différence maximale [entre les deux] était de 1°C tout au plus".
Non seulement l'illustre Bourgeon de l'AID ressent une différence d'UN degré, mais il dit "il gèle" à 1° de moins, et il dit "on cuit" à 1° de plus.
Même question qu'au "redoutable": êtes-vous à jeun quand vous écrivez cela?

2°) Mes chiffres (écart d'environ 7° entre les deux) viennent d'un document pédagogique d'Andrea Flossmann (physicienne de l'Observatoire de physique du globe de Clermont-Ferrand, prof d'université, membre de International Association of Meteorology and Atmospheric Sciences et de l'International Union of Geodesy and Geophysics).
Je suppose que les vôtres (montrant de ridicules écarts en dixièmes de degrés) sont un copié-collé de l'illustre GIEC.
Les premiers sont autrement convaincants pour expliquer qu'on passe d'hivers doux à des hivers glaciaux comme l'établissent de multiples témoignages.

3°) Activité solaire et volcanique?
Bien sûr.
La preuve que l'activité humaine n'y est pour rien.
A condition de raison garder sur la deuxième (l'activité volcanique).
Comment voulez-vous raisonnablement expliquer les deux périodes susmentionnées , longues de plusieurs siècles, par des éruptions ponctuelles?
Et pourquoi n'en citer que deux?
Outre le Samalas et le Tambora, il y eut celles du Kuwae en 1453 (plus puissante que celle du Tambora), du Huaynaputina en 1600, du Krakatoa etc., dont aucune n'eut de conséquence durable.

Problème (pour vous): il est admis qu'une éruption volcanique entraîne un refroidissement.

Or, celle du Samalas (1257) a lieu plusieurs décennies AVANT le petit âge glaciaire.
La théorie qu'elle aurait déclenché celui-ci est d'une part peu compatible avant les dates généralement retenues.
D'autre part non seulement ce n'est qu'une théorie, mais elle n'est celle que d'un seul homme (le géologue américain Gifford Miller), fortement contestée par ses pairs.

Pire encore (pour vous): celle du Tambora (1815) arrive en plein dans le petit âge glaciaire; donc, aucune influence immédiate (sauf un unique hiver plus rude); si elle devait avoir une influence, il faudrait la chercher plusieurs décennies après, c'est-à-dire… quand commence le réchauffement (une éruption entraînant normalement je le rappelle-un refroidissement).
On est dans l'impasse.

En résumé, il semble bien qu'aucune éruption n'ait eu de conséquence climatique au-delà de quatre à cinq ans tout au plus.

Alors, que cherchez-vous à prouver?
J'ai cru comprendre que vous vous donniez beaucoup de mal pour étayer la thèse politique et idéologique (mais nullement scientifique) du pseudo "réchauffement climatique anthropique".
Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est raté.
Si ce n'est pas (ou plus) le cas, ayez le vrai courage de le reconnaître.
Et pas le dérisoire "courage" d'associer un nom à une assoce bien en cour..

17.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID le 25/01/2016 20:12

Curieux, vous ne dites rien des taches solaires et des paramètres de Milankovic, autrement plus convaincants pour expliquer ces périodes de réchauffement et de refroidissement. Evidemment que l'homme n'y est pour rien, il n'y avait à l'époque aucune industrie produisant du gaz carbonique, et la population humaine était dérisoirement plus faible que maintenant. Vous essayez de noyer le lecteur en confondant toutes les causes. L'humanité a cru en population grâce aux énergies fossiles, lesquelles, produisant du CO2 dans leur combustion, aboutissent au forçage radiatif que nous connaissons. Et non en effet de serre de termes inadéquats.
Je vous concède que les éruptions même gigantesques n'ont pu altérer le climat sur plusieurs décennies, mais tel n'est pas le cas, ni de l'activité solaire, ni des paramètres cosmiques, ni du forçage radiatif.
Mais puisque vous persistez à penser que le changement actuel n'est pas anthropique, alors quelles en sont les causes? Et vous ne dites rien des extinctions multiples d'espèces. Finalement votre propos n'a pas de sens. Je vais vérifier les dires de votre scientifique auvergnat (un compatriote donc).

18.Posté par Bruno Bourgeon, président d''''AID le 25/01/2016 20:28

Curieux aussi, votre référence à une physicienne pour expliquer les variations du climat il y a trois cent ans. Dans les références que j'ai lues, elle ne cite nullement les origines des chiffres de variation de température qu'elle avance. Je peux vous citer les miens, mais ce serai de guerre lasse; Il y a 11 publications dont la princeps : "P.D. Jones, K.R. Briffa, T.P. Barnett, and S.F.B. Tett (1998). "High-resolution Palaeoclimatic Records for the last Millennium: Interpretation, Integration and Comparison with General Circulation Model Control-run Temperatures". The Holocene 8: 455–471." Les 11 sont indépendantes, ont publié dans des opuscules scientifiques de référence. Aucune de ces publications ne parle de variation de plus de -0.8°c, dans la publication suivante parue dans Nature, opuscule scientifique au-dessus de tout soupçon : "A. Moberg, D.M. Sonechkin, K. Holmgren, N.M. Datsenko and W. Karlén (2005). "Highly variable Northern Hemisphere temperatures reconstructed from low- and high-resolution proxy data". Nature 443: 613–617". Point de GIEC là-dedans. Voyez comme on est obligé de s'expliquer pour répondre à vos attaques injustes et sophistes. Maintenant, citez moi les articles scientifiques d'Andrea Flossmann sur ce sujet. Pour conclure, deux faits : l'éruption de Samalas a été évoquée comme cause du petit âge glaciaire, car c'était une éruption mégacolossale, le double de Krakatoa (échelle logarithmique de 7, contre 6 pour Krakatoa, du fait de la longue rémanence des particules envoyées dans la strastosphère. C'était en 1257. L'autre point est le fait que le petit âge glaciaire semble avoir touché essentiellement l'hémisphère Nord, et je ne nie pas que la Tamise a gelé, que l'Hudson se traversait à pied. Il y a de nombreux témoignages de cela. Emmanuel Leroy-Ladurie est l'historien de langue française qui en a parlé le mieux.
Mais tout cela nous éloigne du propos de cet article de Pierrot Dupuy. Aucune variation climatique aussi rapide n'a jamais été constatée en études paléoclimatiques que celle que nous connaissons. Les espèces qui ne peuvent pas s'adapter finissent par disparaître (et là, chose peu banale, je rejoins Claude Allègre, qui se fiche du sort de l'opurs blanc comme de son premier caleçon : "il n'a qu'à s'adapter". Oui, mais, comme espèce supérieure, il n'en a pas génétiquement le temps.

19.Posté par redoutable le 26/01/2016 07:20

Merci pour toutes ces précisions docteur Bruno Bourgeon et président de l' AID.

20.Posté par Zozossi le 26/01/2016 16:28

@17.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID

-Nom contre nom, article contre article: personne ne gagne.
Les réchauffistes contestent les compétences des climato-réalistes et vice versa.

-Vous trouvez "curieuse" ma "référence à une physicienne pour expliquer les variations du climat"?
Moi, je trouve curieux que vous me citiez -par exemple- un océanographe (Barnett) pour faire la même chose.
Curieux surtout que vous soyez à la remorque du GIEC dont le président (de 2002 à 2015!), Pachauri, pouvait pontifier sur le climat avec un simple diplôme de… génie industriel et d'économie!
Vous savez, Pachauri, discrètement viré après ses bouffonneries sur les glaciers de l'Himalaya, ses conclusions malhonnêtes, très lié à l'industrie pétrolière de son pays (tiens… tiens… lui aussi...) et accessoirement coupable de harcèlement sexuel (normal: il se "réchauffait"…).

-Vous jouez de malchance quand vous me citez des cautions scientifiques prétendument "sans rapport avec le GIEC":
par exemple Simon Tett est un contributeur du GIEC;
Philip Douglas Jones et Keith R. Briffa travaillent à l'East Anglia University (le CRU, financé par BP, Shell et... Rockefeller, tiens... tiens...), principale responsable d'un célèbre Climategate ayant consisté à truquer les données pour réfuter (très malhonnêtement… et maladroitement puisque cela s'est su) les climato-réalistes.
La tête pensante de cette belle boutique, Phil Jones, écrivait: « Kevin et moi [empêcherons que des articles sceptiques soient présents dans le rapport du GIEC] par n'importe quel moyen -même si pour cela nous devons redéfinir ce qu'est le comité de lecture par les pairs ! »
Pas mal, non, pour un "scientifique"?

-Je ne parle ni des taches solaires ni des paramètres de Milankovitch tout simplement parce que cela va dans mon sens: influence naturelle, non humaine.
Les voilà, les causes.

-Faites-vous semblant de ne pas comprendre, ou avez-vous un réel problème de compréhension?
La vraie question, hors querelles de noms et de thèses, est (je me répète): comment pourrait-on parler scientifiquement d'un "optimum climatique" (spécialement chaud) et d'un "petit âge glaciaire" (spécialement froid) s'il n'y avait eu entre les deux qu'une différence de quelques ridicules et imperceptibles dizaines de degrés?
C'est absurde.

-Pour finir, l'ours blanc va très bien, merci pour lui.
Depuis 4 ou 5 ans, la presse (à son grand regret car cela "brûle" le réchauffisme qu'elle est payée pour défendre) abonde d'articles reconnaissant que "le réchauffement tueur d'ours blancs", c'était du bidon émotionnel et non du factuel: la population mondiale serait passée (environ) de 5.000 à 10.000 individus en 1970 à près de 25.000 actuellement (en se fondant en particulier sur les chiffres du gouvernement canadien).

-Dur-dur d'être réchauffiste, même avec le soutien de l'inusable "redoutable"…

21.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID le 27/01/2016 08:03

Zozossi, zozo aussi, peut-être, vous ne répondez pas aux questions que je vous pose. Citez moi les références des articles de votre physicienne, si ce n'est une obscure conférence à Ambert (10000 habitants, Puy de Dôme). Vous ne répondez pas non plus aux causes, pour vous, du changement climatique actuel. Ah oui, c'est vrai, pour vous, il n'y a pas de réchauffement climatique, donc inutile d'en chercher les causes. Ce négationnisme vis-à-vis des relevés des températures dans différents coins du monde depuis 135 ans laisse rêveur quant à votre bonne foi. Et l'accélération du réchauffement de ces trente dernières années est probablement aussi une vue de mon esprit malade. Le film de 30 s que diffuse la NASA, relayé par Zinfos, est renvoyé dans les cordes par votre prose. Non, décidément, et c'est finalement la seule chose que je vous concède, on ne peut discuter avec vous, les sophistes l'emportent toujours. Seul l'avenir donnera raison à l'un de nous deux. Vu les évolutions climatiques actuelles, apprêtez vous à perdre haut la main ce différend épistolaire.

22.Posté par redoutable le 27/01/2016 13:34

C'est simple , je ne prend même plus la peine de lire ses commentaires en détails, c'est plus que du sophisme, c'est un "coco dur" qui essai de faire croire à tout le monde qu'il a raison.

23.Posté par Zozossi le 27/01/2016 14:46

@21.Posté par Bruno Bourgeon, président d'AID

(modération) ou Bourgeon président de l'Aïd-el-kébir (puisque vous donnez le signal des arguments de haute volée), vous vous liquéfiez: l'étiquette "négationniste" me réjouit toujours car c'est l'hommage du vice à la vertu.
Elle signifie: "Je ne sais plus quoi dire d'intelligent, donc j'ai recours à l'arme que le média me vend comme létale".
Manque de pot: ceux qui en sont frappés n'en meurent pas.
Au contraire: jamais l'examen critique ne s'est porté mieux que depuis que des nains répressifs l'ont taxé de cette épithète.

-Vous êtes apparemment le seul à avoir compris quelque chose au zoli dessin animé en couleur de 30 secondes: bravo.
Expliquez-moi donc ce que vous y comprenez puisque j'ai sollicité les bons élèves.

-Je ne cite pas les articles précis d'Andrea Flossmann parce que ce n'est pas ici le lieu: je vous expose les grandes lignes de mon argumentation auxquelles vous ne répondez strictement rien (incompétence notoire du président du GIEC, contributeurs du GIEC faussaires avérés, nécessité de bon sens d'écart clilmatique entre O.C.M. et P.A.G ., etc.).
Vous éludez l'éléphant pour m'interroger sur ses puces: mesquin aveu de faiblesse.

-Alors remuez donc un peu votre lourd popotin et consultez vous-même (référence ci-dessous) la page d'Andrea Flossmann (pas simple "physicienne", mais présidente de la section "météorologie et physique de l'atmosphère" du CNFGG, Présidente de l’"executive commitee" de l’"International Commission on clouds and precipitation, responsable de l’ORE/SO BEAM (Observatoire de Recherche en Environnement : Biophysicochimie de l’eau atmosphérique et modifications anthropiques), ex-Coordinateur dans le programme" Environnement et climat" de la CEE dans le 4ème PCRDT, etc.).
Là figurent les références de ses quelque 120 publications en français, anglais, allemand: faites l'effort de les lire et revenez en parler.

http://wwwobs.univ-bpclermont.fr/atmos/fr/page_perso_Andrea.php

Vous voyez qu'on est loin de la charmante ville d'Ambert.

-Mais si, je vous ai répondu sur les causes du changement climatique actuel (que personne ne nie).
Seulement vous ne lisez pas.
Cela tient en deux mots: causes naturelles.
Effet de phénomènes naturels et variations vieux comme le monde que vous mentionnez vous-même sans les prendre en compte (on ne sait pourquoi):
-activité solaire,
-cycles de Milankovitch,
-cycle de la vapeur d'eau (principal gaz à effet de serre),
-noyau de la terre et volcanisme,
-nébulosité…
(D'ailleurs il semblerait que Mars aussi se réchauffe: les réchauffistes n'ont plus qu'à accuser les Martiens, la bouffonnerie serait complète).
Puisque vous savez tout cela, pourquoi m'interroger sinon pour esquiver en gagnant du temps?

-Qu'à la marge s'exerce une influence anthropique est un objet de débat entre scientifiques raisonnables, mais aucunement un article de foi aveugle comme le voudraient des idéologues intéressés à le faire croire pour accroître leur pouvoir politique et financier.

-Merci de votre si comique conclusion à caractère religieux (ha! le messianisme réchauffiste…) qu'on peut résumer par: "Nous avons raison parce que le ciel est avec nous", variante réchauffiste de: "Le Ciel [majuscule] est avec nous".
Pour ma part, loin de toute béquille magique, le bon sens et l'observation me suffisent amplement…

24.Posté par NELIUM le 31/01/2016 01:09

merci a Zozossi

mi pense que le vidéo su le réchauffement lé faux nimporte qui i gane fé 1 vidéo comme sa pou fé peur demoune la dessu

Mi poste juste le lien de cette vidéo qui explique bien le sujet
https://www.youtube.com/watch?v=uXeRbbM2AjY

fait a zot une idée su le sujet apres

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter