Social

12h : Des ex-employés de l'Arast occupent le GIP

Ils sont une soixantaine d'ex-salariés de l'Arast à avoir investi vers 12h, les locaux de la rue Lescombe, que le Conseil général a mis à la disposition du GIP - SAP (Groupement d'intérêt public de service à la personne). Ils ont interrompu une formation d'aide à domicile...


Les manifestants occupent le local où se déroulait la formation, après le départ des stagiaires
Les manifestants occupent le local où se déroulait la formation, après le départ des stagiaires
Hugues Maillot, l'homme à tout faire de Nassimah Dindar, et M. Momar Lo sont retenus dans les locaux du GIP - SAP, par une soixantaine des ex-salariés de l'ARAST qui veut des explications sur cette formation d'aides à domicile, à laquelle ne participe aucun de leurs ex-collègues.

MM. Momar Lo, Maillot et Dorseuil, ces derniers, également ex-employés de l'Arast, qui animaient la formation interrompue, n'ont pu répondre aux questions des ex-salariés en colère. “Le Conseil général avait dit qu'il reprendrait tous les travailleurs sociaux de l'Arast dans la nouvelle structure”.

“Aujourd'hui, il y a 1.200 aides à domicile, TISF et éducateurs qui sont à la rue, et la plupart est sans revenu ou indemnité depuis la fin du mois de novembre, et qu'est-ce que fait le Département, il forme de nouvelles aides à domicile”. Les stagiaires en question ont été invités à partir, et ce dès l'arrivée des manifestants.

La colère est double dans le rang des protestataires. “Non seulement, le Conseil général ne veut plus de nous, mais en plus, il ne répond pas à la demande d'informations de l'AGS, ce qui permettrait d'indemniser les ex-employés qui n'ont aucune solution pour retrouver un emploi”. Il faut savoir que le Fonds de garantie réclame au Département la liste des ex-salariés de l'Arast qui ne seront pas repris dans le GIP - SAP.

Nassimah Dindar avait répondu, lors de la signature du premier contrat d'embauche au GIP, que ce problème ne concernait plus le Conseil général.

Dialogue de sourds entre les manifestants qui exigent des explications, parfois de façon virulente, et les cadres du Conseil général et du GIP qui font la sourde oreille
Dialogue de sourds entre les manifestants qui exigent des explications, parfois de façon virulente, et les cadres du Conseil général et du GIP qui font la sourde oreille
Mardi 5 Janvier 2010 - 12:56
Lu 2386 fois




1.Posté par Patrick Floc'h le 05/01/2010 13:01
mé zenfants. ...manque plus qu'à les enduire de goudron et de plumes Ouaïe, ouaïe,

2.Posté par promesse le 05/01/2010 13:09
voila ce que vaut la parole de cette femme j'espère que maintenant vous comprenez quand on vous disaitde ne pas la faire confiance, elle recrute d'autres personnes pour les élections de mars 2010 tout cela été un coup monté elle l'avait calculé depuis janvier 2009 .creole ouvre zot yeux par charité

3.Posté par les ex le 05/01/2010 13:39
les ex sont toujours dangereux !

4.Posté par ti colon le 05/01/2010 13:58
Quand la montagne ne vient pas à moi, c'est moi qui vais à la montagne ....

Vous voulez faire bouger les choses ?
Alors allez à la rencontre des maires-conseillers-généraux-vice-président, les vrais responsables de ce génocide social directement dans leur mairie.
Ils n'aiment pas ça... ils sont responsables "chez eux" plus de paravent...

Faites le et vous verrez le changement de position ...

5.Posté par kiki le 05/01/2010 14:08
C'est vrai ce qui se dit, que Nassimah aurait repris la direction de l'arast au sein du GIP ?

6.Posté par eclairage le 05/01/2010 14:49
la loi donnera raison aux contestaires légitimes qui revendiquent leur transfert au conseil général. Au fait mais que fait ce dorseuil au GIP? pistonné de quel politicien? Que fait momarlo,exdirecteur arast au GIP? On croyait que nassima avait clamé haut et fort que ces gestionnaires étaient des incapables. Camarades, on vous berne avec toute sorte de peintures. Vous savez ce qui vous reste à faire; pensez constamment domota et à très bientôt la justice réagira, le droit est pour nous

7.Posté par margouillat le 05/01/2010 17:13
Monsieur Momar Lo a été embauché à l'ex-Arast, billet d'avion payé pour toute sa famille, logement de fonction.... Aujourd'hui, il travaille pour le Conseil Général. Son arrivée à l'Arast c'était pour redresser la situation, trouver des solutions pour éviter la liquidation. Je pense plutôt qu'il a contribué à sa perte, aujourd'hui il se place dans le camp qui a nous a enterré, mais lui il a su prendre un canot de sauvetage. Lorsqu'il nous rencontre il dit que ce n'est pas lui qui nous a liquidé, ce n'est pas lui qui nous a licencié, mais Monsieur une partie de nos subventions ont servi pour vous accueillir sur notre île, pour payer votre salaire. Ne jouez pas au victime, faites en sorte que tout le monde trouve sa place comme vous.

8.Posté par Tiembo le 05/01/2010 17:16
Petite modification siouplé: C'est pas Mr Monmarleau, c'est Mr Momar LO. Sinon, achève di karémen Mr Chargeur d'lo! Cé kif kif bourico!

9.Posté par QUE NE FAUT IL PAS FAIRE ... le 07/01/2010 17:41
"Hugues Maillot, l'homme à tout faire de Nassimah Dindar" : M Maillot vous êtes conscient de la médiocrité de MME DINDAR mais vous n'avez sans doute pas le choix en jouant les petits télégraphistes de cette majorité socialo communiste...
Courage de travailler dans ce panier de crabes... "Homme à tout faire" c'est quand même pas sympa comme expression. LOL.

10.Posté par nicolas de launay de la perriere le 07/01/2010 20:00
il est clair qu'hugues maillot aurait dû se réfugier derrière son droit de réserve, pour ne pas interférer dans cette histoire où seule nassimah dindar et l'exécutif départemental sont responsables. le silence des ump est aussi scandaleux.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales