Social

11h : Les négociations reprennent au Quotidien


11h : Les négociations reprennent au Quotidien
Remontés et certainement déçus, c'est ainsi que les membres de l'intersyndicale du Quotidien ont quitté, hier soir, la table des négociations. 

La direction leur avait demandé de bien réfléchir sur la proposition qu'elle avait formulée, soit une augmentation de 1% pour les bas salaires et de 0,7% pour les autres, et une prime exceptionnelle pour tous de 50 euros.

Autant dire qu'hier soir lors de l'assemblée générale, il n'a pas du tout été question d'accepter cette proposition et donc de stopper le mouvement. La position de la direction a été davantage perçue comme "une reculade", "une aumône" qui n'aura eu comme seul effet que de renforcer la détermination des grévistes.

A 11 heures, les négociations ont repris, toujours sous médiation de la direction du travail.

Par ailleurs, les grévistes ont d'ores et déjà prévu d'organiser un kabar, demain soir au square Labourdonnais, à Saint-Denis.
Vendredi 23 Juillet 2010 - 11:05
Melanie Roddier
Lu 1482 fois




1.Posté par cocos le 23/07/2010 12:02
reprenez le travail et assez de kabars

2.Posté par EQUITA le 23/07/2010 13:48
C'est une belle mentalité... et maintenant, ils veulent organiser un kabar demain soir !
Ils ont trop d'argent ? ou est ce un parti politique ou des personnalités politiques qui manipulent tout ça?
Quand on voit que des représentants comme les 2 députés prennent partis des grevistes. Ont-ils interrogés les dirigeants du journal pour avoir la 2ème version? ou s'en sont-ils tenus à une seule version? si c'est le cas, ce sont vraiment des "petits gens"!
Une volonté de nuire? une jalousie mal placée ?
Peut-être serait-il bon de demander à ces personnes d'augmenter le personnel communal de 10% pour voir leur réaction?
ET puis on pourrait aller les soutenir devant leur mairie, ça serait marrant....

3.Posté par Patriote le 23/07/2010 19:16
Et si la direction répondait aux questions des journalistes? La direction ne dit rien, ne négocie rien...
Mettons bien la faute là où elle est. Quand au kabar, ce sont les artistes qui sont solidaires du combat des salariés du Quotidien. N'oubliez pas qu'il n'y a pas que des njournalistes, mais aussi vos frères et vos soeurs exploités dans les différents services de ce journal.

4.Posté par Patriote le 23/07/2010 23:23
Il est 23h et les négociations sont toujours en cours. Est-ce bon signe?

5.Posté par Cambronne le 24/07/2010 10:23
Tiens je rigole mais ailleurs il y a des caves qui se rebiffent , la CGT vient de découvrir le bonheur de goûter à ses propres « remèdes » …loin de moi mon esprit chafouin mais, je tenais à vous faire partager cette rébellion ...

Tout se déroule dans l’entreprise General Motors, sur Strasbourg , ou l'on retrouve huit délégués CGT de GM Strasbourg bloqués en fin d’après-midi par une cinquantaine de salariés mécontents que le syndicat ait refusé de signer l’accord de reprise du site alsacien par General Motors Company.

De loin, on pourrait se dire que cela ressemble furieusement à l’inverse de ce qu’on lit régulièrement à savoir un cadre bloqué par des nervis de la CGT afin de « faire pression » sur la direction, et ainsi obtenir l’une ou l’autre des ritournelles et habituelles revendications hystériques colériques et déconnectées du monde et la réalité que les syndicats ont l'habitude éructer lorsqu’il s’agit de montrer ses muscles.

6.Posté par Tcherno-Bill le 24/07/2010 12:15
5 Cambronne Le cas de GM Strasbourg est tout à fait interressant ! Que les salariés renoncent provisoirement à une partie de leurs avantages ou rémunération est une pratique très rare en France , alors qu'elle est monnaie courante aux USA , par exemple ! On peut le déplorer , mais il est clair que les Français ont souvent un rapport trop " fonctionarial " à leur entreprise , alors qu'ils en sont les principaux
acteurs , le faible niveau d'actionnaires au sein du salariat ouvrier est également le signe de ce relatif
" désamour " entre les Français et leurs entreprises.
Il est vrai aussi que trop souvent , des employés ont accepté de réduire leurs rémunérations , espérant sauver leur outil de travail , et que les dirigeants ont profité de cet intermède pour organiser un délocalisation sauvage ( Arcelor-Mittal par ex ) , ça n'a pas aidé a faire avancer le shmilblick !

7.Posté par Cambronne le 24/07/2010 13:30
6.Posté par Tcherno-Bill le 24/07/2010 12:15
lorsque je disais il y a peu que tous les français n'étaient pas foncièrement mauvais vu que certains arrivent encore à distinguer une logique libérale de l'entreprise , pour faire un affront au jusqu'au-boutisme destructeur de la CGT qui manifestement commence sérieusement à agacer de plus en plus.Preuve qu'une France silencieuse jusqu'à ce jour en a marre d'entendre des grandes gueules de gauchistes , non représentatifs, vouloir toujours en imposer à tous leur tyrannie .
Ce genre de réaction qui fait que l'on pourrait entrevoir une autre perspective d'avenir pour ce pays ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales