Sport

11 cas de dopage en 2012 : Les sportifs péi carburent au zamal

La Réunion n'est pas épargnée par le dopage. 11 sportifs ont été contrôlés positifs en 2012 dont plus de la moitié au cannabis. Autre enseignement : les contrôles ciblent davantage l'athlétisme que le football ou le handball. Le Grand Raid est la compétition la plus contrôlée.


11 cas de dopage en 2012 : Les sportifs péi carburent au zamal
Chaque année, la Direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion, dans le cadre du plan d'action de l'Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD), met en oeuvre des contrôles antidopage pour :

- lutter contre la tricherie dans le sport
- provoquer la prise de conscience collective auprès des acteurs du sport sur la dangerosité du dopage pour la santé des consommateurs
- crédibiliser les performances réalisées au cours des compétitions

Les chiffres 2012, qui viennent d'être communiqués, révèlent que 11 personnes ont été prises en flagrant délit de dopage pendant des compétitions qui se déroulaient sur le sol réunionnais, ce qui représente 7,8% des contrôles effectués. Un chiffre largement supérieur à la moyenne nationale (2,3%), qui place la Réunion au 7ème rang des régions où les cas positifs sont les plus importants.  

Le zamal, principale drogue des sportifs Réunionnais

Premier chiffre qui frappe, l'analyse des produits dopants utilisés montre que 55% des personnes détectées sont positives au cannabis, inscrit dans la liste des produits dopants interdits en France. Les autres produits dopants utilisés sont des stimulants, des diurétiques, un anabolisant et de la corticoïde. L'Etat rappelle que la consommation du zamal, contrairement aux idées reçues "est dangereuse et n'augmente pas nécessairement les performances du sportif" et entraînent  une :

- diminution de l’attention, de la mémoire ;
- diminution des performances scolaires et professionnelles ;
- troubles psychiatriques (troubles anxieux, bouffées délirantes) ;
- problèmes respiratoires ;
- majoration des risques du cancer du poumon.

L'athlétisme particulièrement surveillé, le football beaucoup moins
 
En 2012, 141 sportifs de 19 disciplines différentes ont subi un contrôle antidopage. On note cependant que certains sportifs sont appelés à être plus contrôlés que d'autres. 22 missions de contrôles antidopages, sur 47 au total, ont concerné l'athlétisme et particulièrement le trail. Rien que sur le Grand Raid 2012, 30 personnes ont été contrôlées

Par contre, le football, qui réunit près de 30.000 pratiquants chaque week-end à la Réunion, n'a fait l'objet que de deux missions. Une différence qui interpelle : "Nous ciblons en priorité les grandes manifestations à rayonnement national et international", explique Jean-Yves Morel de Direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion. Ce dernier affirme que parmi les personnes contrôlées, environ "80% exercent leur discipline à la Réunion".

Au total, 11 sportifs ont été déclarés positifs pour avoir consommé des substances interdites. Un coureur a ainsi été déclaré positif lors du 43ème tour auto de La Réunion. Deux cas positifs au cannabis et à la Terbutaline ont été détectés lors de la finale de la Coupe de La Réunion de football. Un coureur du Grand Raid a également été positif à un stimulant.

Un contrôle antidopage deux fois plus cher qu'en métropole

Si le nombre de contrôles, sur plus de 600 manifestations sportives à la Réunion, peut-paraître peu élevé, la Direction de la jeunesse et des sports assure que la Réunion "est dans la moyenne nationale". Mais aussi que le coût est deux fois plus élevé à la Réunion : "Un contrôle anti-dopage coûte de 800 à 1500 euros, c'est deux fois plus cher qu'en métropole".

Pour 2013, la Direction de la jeunesse, des sports, et de la cohésion sociale entend maintenir le pourcentage des contrôles antidopages réalisés en 2012, maintenir le pourcentage des contrôles hommes/femme (98 hommes et 43 femmes ont été contrôlés en 2012) et consacrer un tiers des quotas au contrôle des sportifs des pôles et structures labellisés. Elle souhaite enfin augmenter le nombre de contrôles hors compétition (seulement six missions ont été effectuées en 2012).
Jeudi 18 Avril 2013 - 17:18
Lu 16049 fois




1.Posté par Allélluhia mon frère le 18/04/2013 18:18
La Qualité péï sa mêm mêm !

2.Posté par noe le 18/04/2013 18:30
C'est malsain mais on peut dire que c'est "naturel" sans produits chimiques ajoutés !

3.Posté par Olioli le 19/04/2013 05:18
Mon zamal, mon zamal. MDR

4.Posté par BERTIL Bertrand Reshad le 19/04/2013 07:35
ds la petanque, un suspendu pour cause de prise de zamal peut quand même participer aux championnats de la réunion. alors, je vois pas trop a quoi ca sert!!!!!

5.Posté par requin le 19/04/2013 10:53
@4 a raison.dans la discipline billard, sur les 15 meilleurs joueurs,levez le doigt celui qui ne zamale pas (sans parler de l'alcool).En plus il y en a qui vont représenter la réunion au niveau national et meme international.Les dirigeants semblent faire comme si le problème n'existe pas.Dommage pour les autres qui ont un bon niveau,qui sont clean mais qui n'auront pas la chance d'évoluer.

6.Posté par polo974 le 19/04/2013 17:31
vu que le zamal n'améliore pas les perf, ce n'est pas un dopant, donc reste juste l'aspect drogue...

c'est un peu gros le coût double du contrôle péi. soit les contrôleurs ne savent pas négocier, soit ils ne savent pas qu'il y a des avions tous les jours pour amener les prélèvement en métropole.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 15:32 Surf: Johanne Defay est 5e mondiale

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales