Faits-divers

10 à 15 ans de réclusion criminelle requis contre Juliano Verbard

Avec les plaidoiries des avocats de la partie civile et les réquisitions du parquet hier après-midi, le procès de Juliano Verbard et de ses 15 autres co-accusés a entamé sa dernière ligne droite. La semaine prochaine, ce sera au tour de la défense de jouer son va-tout pour tenter de convaincre les jurés dans une ultime argumentation.


Me Jean-Jacques Morel, avocat de Guillaume Maillot, sera le premier à plaider lundi matin
Me Jean-Jacques Morel, avocat de Guillaume Maillot, sera le premier à plaider lundi matin
A eux deux, ils auront parlé un peu plus d'une heure. L'occasion pour Me Laurent Payen, passé en premier au nom des parties civiles, de revenir sur le traumatisme de la famille ainsi que sur la violence des faits dont ses clients ont été la cible. "Cet aspect avait surtout été abordé les premiers jours du procès, lors du rappel des faits. Il m'a semblé important d'en reparler afin que l'on n'oublie pas que l'essentiel se trouve là", a-t-il déclaré.

Le ténor du barreau de Marseille, Me Collard, a enchaîné juste après. De son côté, il a aussi tenté de faire comprendre aux jurés la souffrance des Thélahire. "On n'a pas le droit de s'approprier quelqu'un, d'autant plus si c'est un enfant. Alexandre avait 12 ans, c'est un âge où tout compte. Il a subi un vrai traumatisme".

Avançant un peu plus dans son propos, l'avocat insiste sur les séquelles encore présentes, quatre ans après le rapt : "La justice peut passer mais elle n'effacera jamais les fantômes de la nuit. Aujourd'hui, les enfants Thélahire font encore des cauchemars, ils croient voir des ombres d'hommes cagoulés la nuit".

Le conseil des parties civiles de monter son argumentation en puissance : "Ils ont donné leur motif mais peut-être a-t-il été emmené pour faire l'objet de cérémonies occultes, d'un sacrifice symbolique ou même de jeux sexuels? On ne le saura jamais. En tout cas, ce verdict aura moins l'intérêt de mettre de l'ordre dans la justice". Au jury il demandera simplement "de suivre les réquisitions de l'avocat général".

"Ce n'est pas la secte qu'il faut juger"

De son côté, le représentant du parquet a installé son réquisitoire sur le fait qu'il ne s'agissait pas "de juger une secte mais des gens au sein d'une secte". "Ce n'est que parce que ces personnes ont commis des actes répréhensibles par le droit commun qu'ils sont là aux Assises".

Pendant près d'une heure et demie, il a étayé ses propos en reprenant les faits concernant les deux enlèvements. S'appropriant une phrase prononcée à la barre par le Dr Tchoulfayan, expert psychiatre, l'avocat général a résumé la position que les accusés ont adopté : "La nécessité de l'acte est supérieure aux lois".

Michel Baud a ensuite retracé les responsabilités des accusés dans chacune des affaires. Il a notamment admis sa surprise lorsque le principal mis en cause, Juliano Verbard, a avoué et assumé sa faute. Il a aussi reconnu une certaine "inquiétude lors des dépositions de Sandrine Haorau dont la volonté inébranlable de servir la Vierge Marie dénote une absence de recul".

Avant de conclure sur ses réquisitions, Michel Baud n'a pas omis de mentionner le contexte particulier dans lequel s'inscrit ce dossier : la dérive sectaire. S'appuyant sur certaines conclusions du Dr Franc, concernant notamment la question de l'altération du discernement en raison "d'un excès foi", il ironise : "Je ne sais pas si l'abus de religion nuirait gravement à la santé mentale, mais les accusés sont bien des croyants dévoyés. Il faudra en tenir compte dans ce contexte particulier".  

Les réquisitions

Les organisateurs :
Juliano Verbard : 10 à 15 ans de réclusion criminelle
Fabrice Michel : 10 à 12 ans de réclusion criminelle
Corinne Michel : 8 à 10 ans de prison
Sandrine Hoarau : 8 à 10 ans de prison
Anissa Gens : 5 à 7 ans de prison

Le commando:
Les frères Daleton (Jean-Charles, Patrice, Johan, John et Yves) : 8 à 10 ans de prison
Alexin Michel : 8 à 10 ans de prison

Les aides de camp :
Anne-Lise Daleton : 2 à 3 ans de prison assortis de sursis partiel
Marie-Lucie Michel : 2 à 3 ans de prison assortis de sursis partiel ou total
Sonia Flore : 2 à 3 ans de prison assortis de sursis partiel
Marie-Noëlie Latchoumane : 2 à 3 ans de prison assortis de sursis partiel
Guillaume Maillot : 3 à 4 ans de prison assortis de sursis partiel ou total.

Les avocats de la défense prendront la parole la semaine prochaine. Défenseur de Guillaume Maillot, c'est Jean-Jacques Morel qui plaidera le premier lundi matin.
Samedi 16 Avril 2011 - 07:12
Mélodie Nourry
Lu 1827 fois




1.Posté par noe974 le 16/04/2011 09:39
Un peu fort , pour avoir vu la Vierge sur un pied de coco ....
Et s'ils avaient vu des extraterrestres venant semer la bonne nouvelle sur 2012 , auraient-ils été ...?

2.Posté par Limix429 le 16/04/2011 10:28 (depuis mobile)
Euh t'as du rater un épisode Noe qu'est ce que tu fais de l'enlèvement séquestration et supplices sexuels ???

3.Posté par Bertrand le 16/04/2011 12:09
pas étonnant post 2

A chaque blog son détraqué
devinez qui !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales