Faits-divers

1 seule bière=1,33 g d’alcool ! "Vous arrêtez de dire des bêtises?"

Correctionnelle Sud – Mardi 1er mars 2016 :


Se méfier des gens qui ont l’air trop cools ! Quand on veut les prendre pour des naïfs, ils s’énervent et S. V. aura du temps pour s’en pénétrer. Gaulé avec 1,33 gr d’alcool par litre d’air expiré, le 5 novembre dernier à Saint-Leu, il veut faire croire à la présidente Tomasini que c’est à cause d’une petite bière. "Une seule bière ? Arrêtez de dire des bêtises ! Même avec une bière extra-forte vous auriez moins que ça".

L’aurait dû être prudent dans ses déclarations, le S.V.. Surtout que quelque temps auparavant, il avait déjà été enchristé pour conduite sans assurance MAIS avec alcool. Ah ! Dans ces cas-là, on se la joue à pas feutrés. Mais la clairvoyance n’est pas sa gorgée de bière.

Qui a arrosé cette fichue route ?

Bref, le 5 novembre, ce chauffeur-livreur de métier (!) perd le contrôle de son véhicule, monte sur un parapet et est bien obligé d’attendre les forces de l’ordre. Pour explications, il démarre à fond : "Le temps était pluvieux, la route était donc glissante, je n’ai rien pu faire".

Ce qui fait dire au substitut Pierre Bernard, jamais en panne de rosserie : "C’est sûr que la route eût été nettement moins mouillée si vous n’aviez pas bu !" L’accusé a été le seul à ne pas s’esclaffer. Le goût de l’humour se perd, vous dit-on.

Le Parquet a requis « deux mois ferme car ce monsieur n’a manifestement pas compris la clémence dont il avait bénéficié  lors de son premier jugement ». Avec annulation du permis pour un an plus un stage (à ses frais) de sensibilisation au civisme.

"Vous le reverrez ici"

Me Albon, disant comprendre les inquiétudes du Parquet, s’est tout de même demandé si l’artillerie lourde était de mise. "Car la  bière est un piège. Il y en a à 8°, 12°… On n’a donc pas l’impression de boire tant que ça".Et puis, son jeune client (22 ans) se fait suivre par un addictologue et a entrepris un contrat en apprentissage.

"Les jeunes qui travaillent sont suffisamment rares pour qu’on les remarque. Ne le condamnez pas définitivement, ne lui coupez pas les ailes. Sinon il restera devant la boutique et vous le reverrez devant votre tribunal !"

Cette plaidoirie toute d’humanité n’a pas ému le tribunal qui a suivi à la lettre les réquisitions du substitut Pierre Bernard.

Comme quoi mieux vaut ne pas tenter de finasser devant la Cour.
Mardi 1 Mars 2016 - 13:01
Jules Bénard
Lu 3909 fois




1.Posté par bandedecon le 01/03/2016 16:41
nana c est que a la reun on est speciale on est aussi con que les bieres....pour dire le degre

2.Posté par Thierry le 01/03/2016 19:25
Moi, j'aurais aussi dit qu'heureusement qu'il a bu, sinon la chaussée aurait été inondée ... à moins que de sa bière, il n'est pissé ...
Il aurait pu être mis en bière aussi ! Il est mis en tôle mais au moins en vie ... sans avoir tué personne aussi.

3.Posté par L'Ardéchoise le 01/03/2016 19:28
L'était peut-être allé en vacances en Bavière et avait ramené un bock...

4.Posté par Tonton le 01/03/2016 21:41
Je me suis fait controler par les Gendarmes de Saint Paul apres 2 petite Fischer:
(sur leur "gros appareil - à la Gendarmerie)

J'était stupéfait du résultat: 0.05 gr !

Je les ai dit carrément: votre appareil est en panne, Monsieurs ! c'est impossible.

Mais non, ils ont persistés ! J'en étais content, bien sur, car ils m'ont rélaché sur la route immédiatement.

Si donc, je doit prendre les 1.3 gr. de ce monsieur pour 53 bières: (= la mathematique, je vous expliquerais plus tard)
j'en croix pas non plus !

Il y a des problemes avec leurs appareils. Le Juge fait le sourd et l'aveugle (peut être qu'il est, j'en sais rien) - mais il ne cherchent pas à resoudre le problème.

5.Posté par Jules Bénard le 02/03/2016 08:01
à posté 2 :
Heureusement qu'il n'y avait pas de clebs en plus car, vous le savez comme moi : qui a bu aboiera ! Ouaf ! ouaf !
Sa bouteille était sans doute à moitié vide car il a été éjecté de sa mesure. AAAArrrrgggg !
Il en reste sur le cul... de bouteille, je veux dire. Gggggrrrr !!!!!

6.Posté par Jules Bénard le 02/03/2016 08:11
à posté 4 Tonton :
Je vais vous en raconter une bien bonne...
C'était il y a un sacré bail, quand je conduisais encore. Un dimanche après-midi, je me suis fait contrôler devant la mairie de St Leu, dans un état lamentable pour cause d'histoire conjugale désastreuse. C'est pas une raison mais enfin... L'éthylotest, rien qu'en voyant ma tronche, a failli exploser de honte.
Conduit à l'arrière de la caserne, j'ai été "invité" à souffler dans l'éthylomètre cette fois. Je me suis exécuté, comme dirait Guillotin, avec une bonne volonté touchante. Dans ces cas-là, faut pas la ramener !
Veine de cocu, l'appareil refuse tout service. Trois fois de suite je me suis époumoné dans cet engin de torture, rien !
C'est quasiment les larmes aux yeux que les condés m'ont laissé repartir en me prévenant gentiment :
"Attention ! Les appareils de nos collègues, plus loin, ne seront pas en panne, eux !"
J'ai emprunté toutes les petites routes des hauts puis celle de la Montagne pour rentrer à St. Denis.
Mais ça m'a servi de leçon aussi. Aujourd'hui, entre boire et conduire, j'ai choisi... Je ne conduis p)lus. Yak! yak! yak! yak! yak!

7.Posté par L'Ardéchoise le 02/03/2016 11:40
Il doit pleuvoir ici zordi, tant pis, tant pis, car la journée sera belle malgré tout : je viens de me descendre une bonne pinte de rigolade !
En forme, Jules !
Bon 2 (à ne pas confondre avec bon dieu)...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales